mercredi 29 octobre 2014

Ébola : " C’est une affaire politique, une épidémie sans morts n’est pas crédible "

C'est bientôt le mois de Novembre et nous sommes loin de la grande pandémie annoncée.
 Nous aurait on menti ?


 


Interview de Carlos Arturo Guerrero, virologue colombien

Grâce aux grands médias les virus comme Ébola ont provoqué la paranoïa chez les gens et génèrent des dividendes pour les entreprises pharmaceutiques. Le Dr. Carlos Arturo Guerrero explique pourquoi il n’y a pas réellement de danger que ce virus atteigne la Colombie et d’autres pays d’Amérique latine.


Interview du Dr. Carlos Arturo Guerrero, chirurgien et virologue colombien, professeur dans les domaines de la biologie cellulaire et moléculaire, la biochimie, la génétique, le cancer et la virologie, chercheur à l’Université nationale de Colombie.

FSJ: Avant, les virus se transmettaient entre animaux sans atteindre les humains, pourquoi semblent-ils désormais passer si facilement de l’animal à l’homme?

CAG: La raison principale est que les humains détruisent l’habitat des animaux qui sont des réservoirs naturels. Deuxièmement, parce que nous allons dans des zones où coexistent les virus et les hôtes vivants, qui hébergent des parasites. C’est de cette manière que les humains ont contracté la variole, la dengue et le paludisme, entre autres.


Y a-t-il un réel danger que le virus Ébola atteigne des pays comme la Colombie, le Venezuela et le Chili, où on observe déjà une panique à ce sujet?

Aucun, parce que nous n’avons pas d’agent naturel de transmission. La seule possibilité viendrait de l’arrivée de voyageurs mais c’est facilement contrôlable : il suffit d’isoler les patients et d’éviter tout contact avec leurs fluides et sécrétions. Il faut un contact étroit et direct avec le patient [pour être contaminé].

Il n’est pas vrai que la transmission se fasse facilement par l’air, par la toux ou les éternuements. Cela se produit lorsque les virus sont déjà adaptés à l’espèce comme le virus de la grippe humaine.

Pour affecter d’autres espèces, les nouveaux hôtes doivent absorber des milliers ou des millions de particules simultanément et de manière répétée. Si un virus d’une autre espèce affecte l’homme aussi facilement, comme c’est le cas pour le virus de la grippe (un éternuement une demi-heure auparavant suffit), c’est parce qu’il a été intentionnellement manipulé dans ce but. Dans la nature, cela est impossible. Le grand ramdam est entretenu par les médias au service des entreprises pharmaceutiques et des intérêts des USA. Pour cela, ils peuvent compter sur l’ OMS et les médias comme CNN; les médias nationaux ne font que répéter ce que les autres disent.

Pourquoi les épidémies se produisent-elles toujours dans des pays pauvres avec des systèmes de santé déjà fragiles?

La pauvreté est liée à des conditions insalubres (pas d’eau potable, pas d’égouts, les maisons sont construites de façon précaire etc.), où il n’y a pas d’accès facile, rapide et en temps utile aux systèmes de santé. De plus, dans ces zones, les faibles revenus et / ou le manque de connaissances ne permettent pas à la population de se nourrir convenablement. Par conséquent, ces facteurs ont un impact sur ​​le système immunitaire, abaissant les défenses contre les virus et les parasites communs. Les virus affectent davantage le mal-nourri que le bien-nourri.

Un autre aspect à prendre en compte est la manie consistant à rendre responsable seulement le virus ou le micro-organisme de l’épidémie. Cela est faux ! Toutes les épidémies qui ont frappé l’humanité (voir encadré) ont en commun une ambiance de stress aigu ou chronique, généré par la pénurie économique, la guerre ou les catastrophes géographiques ou climatiques.

Par exemple, les bactéries (de peste bubonique) qui ont balayé la population au Moyen-âge n’ont pas disparu, elles vivent toujours parmi nous, mais il n’y a pas épidémie. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a plus les conditions du Moyen-âge.

Il en va de même avec le virus de la grippe, la bactérie du choléra, le typhus etc. Ils sont avec nous et vivent avec leurs hôtes près de nous, mais il n’y a pas d’épidémie. Celle-ci apparaîtra si les conditions de stress, de malnutrition, et autres prennent des proportions de masse.

Dans les pays appauvris d’Afrique et d’Amérique du Sud, les micro-organismes ont tué la population sensible, à cause de ses conditions de malnutrition. Les survivants sont des réservoirs et ces nouvelles épidémies ne se propageront à partir d’eux que si les conditions sociales et économiques le permettent.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est réunie les 29 et 30 septembre avec des représentants des autorités de santé, des chercheurs et des entreprises multinationales pharmaceutiques afin de discuter de vaccins contre le virus Ébola. Quelle est la responsabilité de l’OMS dans l’alerte générale créée dans le cas du virus Ébola et dans le passé avec le virus H1N1?

Depuis des années, la communauté scientifique dénonce le fait que les entreprises pharmaceutiques contrôlent l’OMS. Celle-ci est devenue un appendice des boîtes pharmaceutique et elle autorise de manière impudente les «cartes» de couleurs qui indiquent quand déclarer une épidémie ou pas.

L’impudence a commencé à partir de «l’épidémie» de virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ils l’ont bien maniée, ont acquis de l’expérience et réussi à tromper le monde, y compris la communauté médicale clinique.

Le virus du VIH n’a pas été isolé, aucun scientifique ne peut reproduire en laboratoire le modèle infectieux parce qu’aucun laboratoire scientifique ne le possède. En virologie, c’est ce qui est la clé. On doit démontrer la relation entre le nombre de virions* (particules infectieuses) qui s’ajoutent à une cellule (appelée MOI) et la réaction qui se produit à l’intérieur de la cellule pour établir la corrélation avec la pathologie.

Cela, on n’a jamais été en mesure de le faire parce que lors de la manipulation du sérum de patients infectés, on peut faire des erreurs graves parce que nous avons des centaines de particules normales dans nos cellules qui se comportent de manière similaire à ce que le VIH est censé faire. Cela signifie que tout ce qui a été publié à ce jour est en grande partie un subterfuge technique. Mais ils ont vendu des millions de dollars en médicaments et selon eux, ils ont guéri ou tué parce que les mécanismes biologiques normaux appelés transcription inverse sont affectés.

L’indécence a été évidente avec «l’épidémie» de H1N1 : on a déclaré une épidémie inexistante et on a fait pression sur les gouvernements pour qu’ils se « préparent » en achetant des médicaments vendus par les boîtes pharmaceutiques US.

En Colombie, le ministre de la Santé Diego Palacios (2009-2010) a acheté pour 27 millions d’Euros de « Tamiflu » et un an et demi plus tard, on a jeté le médicament qui était périmé. [En France, Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé de Sarkozy, a, elle, fait acheter 50 millions de doses du même Tamifl(o)u pour 670 millions d'Euros, dont, officiellement, seulement 6 millions de doses ont été administrés. Pour une annulation de commande, la dame au tailleur rose a du payer des indemnités de rétractation aux labos fournisseurs. Il n'est pas inutile de préciser que le Docteur (en phamacie) Bachelot a travaillé pendant douze ans pour l'industie pharmaceutique-NdT]

Les chauffeurs de taxi, les réceptionnistes et toute personne au contact du public portaient des masques et des gants. Ils ont vendu des milliards de dollars de médicaments pour une épidémie inventée. La presse de caniveau alimente ces campagnes de terreur, en reprenant irrationnellement ce que dit l’OMS.

Est-ce un hasard si après l’apparition de la première personne infectée, le patient zéro, par un virus quelconque, par épidémie ou pandémie, apparaît aussi le moyen probable de guérison par un vaccin?

Non, parce que la santé s’est convertie en une affaire très rentable pour les entreprises pharmaceutiques. Nous vivons à une époque où on invente des épidémies, on exagère et on pervertit les connaissances scientifiques pour inciter les gens à acheter des médicaments ou à se faire vacciner.

Par exemple, on a donné le Prix Nobel à celui qui a trouvé le vaccin conte le papillomavirus et ça a été la base idéale pour le lancement de la vaccination de masse. Actuellement, l’industrie pharmaceutique privée contribue financièrement aux prix décernés.

En ce qui concerne le papillomavirus, dire que c’est le virus du cancer du col utérin est un mensonge. Je dois préciser qu’il n’y a aucun virus producteur de cancer. Si cela était vrai, cela signifierait que le cancer du col utérin est contagieux, puisque le virus l’est. S’il était vrai qu’il produit le cancer, les personnes atteintes par le virus devraient avoir un cancer en peu de temps puisque le virus se réplique rapidement.

Cela n’arrive pas parce que le virus tout seul n’est pas responsable du cancer, il contient même des molécules qui inhibent la prolifération des cellules (une caractéristique du cancer). Les statistiques indiquent que de nombreuses femmes atteintes d’un cancer du col utérin ont le virus, elles peuvent l’avoir dès l’enfance, alors que le cancer apparaît à l’âge adulte; donc, cela explique que la présence du virus n’est pas la seule cause d’apparition de la maladie. D’autres facteurs sont requis, comme la présence de bactéries agressives, un déséquilibre nutritionnel et immunitaire pendant de nombreuses années.

Les papillomavirus habitent normalement la peau et des voies digestives. Ils se trouvent chez des nourrissonnes dont le vagin peut être contaminé par les fèsses, il n’est donc pas sûr qu’il se transmette uniquement par la voie sexuelle. Donc, je pense qu’il est irresponsable de faire des vaccinations de masse, il serait plus correct de les réserver à certains groupes à risque comme certains pays le font. L’arrière-plan de la vaccination de masse est le business des multinationales pharmaceutiques.

Il en va de même avec le virus du chikungunya. Il a d’abord été breveté, puis on a développé des médicaments qui atténuent les symptômes et le vaccin, mais il y avait un problème: les usagers étaient peu nombreux, car il était restreint à certaines régions.

Ce sentiment a été exprimé par le Journal de l’Institut national de la Santé des USA, où on écrit sans honte que les résultats seraient meilleurs si le marché était plus grand (Chikungunya virus and prospects for a vaccine). Et voilà que, tout d’un coup – quelle coïncidence ! – le virus se propage dans le monde entier!

Outre les retombées économiques, la hausse des actions en bourse, pour des multinationales comme GlaxoSmithKline, quels autres objectifs poursuit-on avec la «paranoïa» sur les épidémies et les pandémies ?

Il y a longtemps que les USA ont l’antidote et le vaccin. On peut trouver ça sur Internet, ils ont tout breveté –évidemment, l’ antidote efficace doit être un secret militaire -, ils ont intérêt à créer la panique. De toute évidence ils jouent avec le feu.

Les infections sont la meilleure et la plus efficace arme politique pour soumettre les adversaires. Il vaut mieux avoir un nombre (limité) de morts que de risquer une guerre totale contre d’autres puissances concurrentes comme la Chine. Les USA ont déjà fait des manœuvres conjointes dans le cadre de qu’ils appellent l’ Alliance Pacifique qui comprend l’Australie et le Japon; les USA ont averti la Chine qu’ils ne vont pas faire de cadeaux. Ce n’est pas un jeu, il en va de la survie de l’empire.

Pour leur survie, les USA ont besoin du plus petit marché, du plus insignifiant. La crise du capitalisme le justifie. Ils se noient dans leur propre production et ont besoin de la vendre au monde pour sortir de leur crise. Tous les marchés sont bons à prendre, si petits qu’ils soient en apparence.

Dans la guerre économique ils font feu de tout bois. L’autre chose dont ils ont besoin ce sont des ressources naturelles, en particulier celles qui sont le fondement de l’avenir : des éléments peu connus (j’ai oublié comment ils s’appellent) [coltane et terres rares, NdT) nécessaires pour développer les supraconducteurs et d’autres technologies. Et ils se trouvent en Afrique.

Ils ont besoin de justifier la militarisation de l’Afrique. Le jeudi 16 octobre Barack Obama, le président des USA, a annoncé l’envoi «humanitaire» de troupes en Afrique. C’est une affaire politique et économique. Une épidémie sans morts n’est pas une épidémie crédible. Ce sont des morts « nécessaires » pour que la panique gagne.

En outre on a répandu la rumeur que le vaccin est très cher, car on investit dans la recherche pour vacciner des pauvres mais ce sera rentable avec les voyageurs en provenance des pays riches. C’ est ce qu’ils ont fait avec le chikungunya. Les épidémies apparaissent dans des zones appauvries, mais importantes pour le tourisme. Le business futur consistera à promouvoir le tourisme et le vaccin, une vraie aubaine, et ils ont le pouvoir des médias pour le faire.


Fernanda Sánchez Jaramillo

Traduit par Fausto Giudice

Lire la suite sur :

http://reseauinternational.net/ebola-cest-affaire-politique-epidemie-morts-n-pas-credible/
Source :
http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=13776
 

10 commentaires:

Bill Derberg a dit…

"Il n’est pas vrai que la transmission se fasse facilement par l’air, par la toux ou les éternuements. Cela se produit lorsque les virus sont déjà adaptés à l’espèce comme le virus de la grippe humaine."

Là déjà , il semblerait qu'il se gourre , sans comptez qu'ils ont aussi admis que la transpiration laissée par une personne contaminée sur une surface plane dans , par exemple , un bus , peu aussi être un facteur de contagion puisque le virus pourrait y survivre plusieurs heures.


http://www.infowars.com/cdc-finally-admits-that-ebola-can-float-through-the-air-3-feet/

Choko Choc a dit…

Chaque jour 105 personnes se suicident aux Etats-Unis, soit 38 864 par an (2010), soit 15% de plus en 2010 qu'en 1999. Le suicide fait plus de morts que les accidents de la route (33 687 décès). La recrudescence des suicides touche surtout les 35-64 ans, et notamment les hommes dans la cinquantaine.

La consommation moyenne d'alcool chaque jour est de 27 g par personne en France, contre 65 g vers 1930. Pourtant le nombre de décès provoqué par l'alcool représente 49000 morts. L'alcoolisme est donc responsable de plus de 130 morts par jour en France.

Chaque jour, ce sont près de 4 personnes qui meurent de manière prématurée à cause des particules fines dans le monde chaque minute, soit 2,1 millions de décès par an à cause de la pollution atmosphérique. Les particules fines responsables de 6 % des décès par cancer du poumon.

Selon l'OMS, pas moins de 15 millions de décès sont dus au cancer dans le monde chaque année soit presque 1 décès toutes les 2 secondes. Si rien n'est fait, le cancer tuera 84 millions de personnes entre 2005 et 2015 et tuerait 19 millions de personnes par an en 2025.

outes les deux minutes une femme meurt en donnant la vie ou du fait de sa grossesse. Cela représente 290 000 décès maternels liés à la naissance chaque année, soit bien moins que les 540 000 morts enregistrés en 1990. Cependant la mortalité maternelle reste très mal répartie dans le monde.

http://www.planetoscope.com/demographie-urbanisme/mortalite

ébola a peine 3000....
je ne crois pas que l'on regarde là ou il faut, mais ce n'est que mon avis..

ami-informant-l'autre

Bill Derberg a dit…

http://www.infowars.com/cdc-ebola-spreads-like-flu/

Bill Derberg a dit…

Salut Choco,
J'entends bien ce que tu dis , et cela a du sens,ceci étant il ne faut pas oublier le facteur exponentiel d'une pandemie , fut-ce elle d'ebola ou de grippe .
Si la grippe espagnole n'avait pas été vaincue , et qu'elle avait sévi plus d'un an , elle aurait tué plus de gens que l'ensemble des exemples avancés par toi ne le ferait en 50 ans.
Tu peux tourner cela dans tous les sens , mais je ne vois pas comment notre espèce pourrait s'en sortir avec un nombre croissant sans fin d'individus , une croissance infinie dans un monde fini , pour reprendre l'expression .
On nous parle en permanence d'écologie , de croissance , de chômage , de guerre , mais jamais l'on nous parle de la surpopulation , il n'y a aucune volonté politique d'agir en ce sens pour régler le problème , quand on sait que c'est notre défi majeur , cela fait froid dans le dos.
Donc , si l'on tient compte du passé , tout en le faisant du présent ( politique , économique , nwo,etc) , sans oublié le fait que nous avons échappé aux pandémies depuis un siècle , statistiquement on devrait l'avoir dans le c.... dans un avenir proche !
Je crois donc que la raison tout autant que la logique doivent nous pousser a rester vigilant , à surveiller tout foyer pandémique potentiel de près , ebola ou le suivant , en gardant la tête froide et en se méfiant des coups tordus ou de manipulations , l'un n'empêche pas l'autre .
Ceci aussi n'est que mon humble avis , chacun en fera ce qu'il voudra.
Bonne soirée

Thibault Erikson a dit…

La surpopulation est un énorme mensonges de nos élites/cabalistes .

Les ressources pourraient suffire à loger,nourrir correctement plus de 15 Milliards de personnes mais elles sont cachées . Des énergies comme l'énergie libre , des technologies de transport , des imprimantes 3D ...

doggtom972 a dit…

lol le titre

On est aujourd'hui a plus ou moins 5000 morts ...

Alors si nous sommes loin des chiffres catastrophiques annoncés ( par la blogosphère, car j'ai suivi les news aux infos et je n'ai jamais entendu dire qu'il prévoyait des centaines de milliers de morts pour début 2015 comme sur le net ), il n’empêche qu'il faut surveiller ça de très près .

Je dois dire que je suis assez étonné que vous ne compreniez pas ça : 5000 morts en quelques mois, sachant que c'est ebola, et que le foyer réside en Afrique, pays largement peuplé ... ça peu vite dégénéré

ps : Attention a ne pas voir des complots partout



A bill derberg :

A en croire les georgia guidestone, le gouvernement a bien un plan contre la surpopulation, lol
M'enfin ... sans même parler de ces pierres, je comprends que pour l'instant il ne s'attardent pas sur ce problèmes : quand la situation sera critique, une petite guerre bien violente et tout rentre dans l'ordre

Choko Choc a dit…

tout est contrôlé sur terre tout! du moindre tremblement de terre à la plus petite flatulence d'une mouche!

@bil derberg, j'entends bien ta vision des choses, mais la grippe espagnol, coléra et autres maladie comme la peste sont des maladie innoculé par certain pour répondre a une demande céleste et non celle des élites.

ce que les gens appel "dieu" est le créateur de toutes choses, le bien et le mal, il est les deux!

les élites sont des exécutant et ils "exécutent"

le monde de notre époque ne doit pas dépasser les 7 milliard pour l'instant, il passera à huit (chiffre du christ) lorsque celui-ci se présentera.

le nombre dêtre humain à toujours était contrôlé jusqu'à temps que nous serions capable de nous contrôler. (je parle de nos pulsions sexuel et autres reproduction effréné dans un monde ou on ne peut plus élever des enfants correctement!)

et la terre est capable d'éberger bien plus que 7milliard d'individus, en surface le double est surportable avec moins de production industriel qu'aujourd'hui, le tout est dans l'équilibre et le raisonnable.

et il y a de la place aussi a l'interrieur de la terre, puis dans d'autres planête du "6-t'aimes" "sol-air"

bref la population est un indicateur temporel (pour les mondes célestes) et d'évolution de la conscience mondial (pour nos élites)

et nous, eh bien si on voit rien, alors forcément on ne comprend pas et les spéculations vont bon train... au lieu de rester a quai...

le silence est d'or

Bill Derberg a dit…

Salut Thibault ,

Si tu fais référence aux découvertes de Tesla , je ne crois pas qu'elles seront disponible pour l'humanité dans un avenir proche , sans compter qu'à la mort de ce dernier , les USA ont confisqué la totalité de ses brevets.
Pour le reste , je te passe le lien d'un mini film d'animation qui traite du sujet , si tu ne l'as pas encore vu , tu vas adorer!
Pour ce qui est de la surpopulation , je ne crois pas qu'il s'agisse d'un mythe , mais tout est possible ;) , mais même s'il était exagéré , ce ne serait que partie remise , compte tenu de notre système en mode croissance infinie .
Au croissance actuelle , nous y serons vite aux 15 milliards dont tu nous parles , mes petits enfants seront concernés , du coup mon analyse reste la même quoique postposée .
Et si nos politiques "anticipent" les changements climatique , économique , sociaux , à venir , pourquoi ne soucient ils pas de la surpopulation ?
Si tant est que tu sois dans le vrai.
PS : je suis sur que tu es un adepte du Venus Project ....je ne suis pas contre....mais je ne suis pas convaincu que ce soit possible dans l'état actuel des choses , sauf à passer par un changement drastique , qui nous ramène de facto au fait que nous devrions tous gentillement nous y préparer .

Salut Doggtom,

Tu as raison , les gens ont tendance a oublier le vecteur exponentiel d'une pandémie , si la grippe espagnole a tué 40 millions de personnes en un an , avec un vecteur de contagion de 4.0 , il y aurait 160 millions de victimes l'année d'après ....
Bonne journée

Bill Derberg a dit…

j'ai oublié le lien pour Thibault :

https://www.youtube.com/watch?v=a0J2gj80EVI

Apjal Coba a dit…

C’est l’arbre qui cache la forêt.
Contrôle militaire des pays contaminés par programmation scientifiques afin d’assurer et de contrôler le mondial business pétrolier diamantaire et autres ressources au profit de ceux qui n’ont strictement rien à faire de l’humanité. Alors inutile de montrer l’arbre du doigt. Ebola ou pas là il y a de la souffrance et des morts dans ce plan et cela m’attriste au plus haut point. Des morts et de la souffrance pour servir les intérêts de ces..comment dire? Ha oui! Adversaires-prédateurs-criminels-menteurs… et j’en passe.
Je me demande comment je peux encore les supporter?
D’ailleurs, je ne les supporte plus du tout!
Quelques Divins coups de pied au cul se perdent.
Mais je patiente.
Donc, patience…

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.