vendredi 12 décembre 2014

12 décembre 1098 : Le jour où les croisés affamés sombrèrent dans le cannibalisme





En route pour Jérusalem, les milliers de croisés crèvent la dalle autant que des adeptes du régime Dukan. Rien à manger dans ce pays écrasé par le soleil, sinon des sauterelles. La dernière fois qu'ils ont fait bombance, c'était à Antioche. Mais c'est déjà loin. Les provisions manquent. Sous la conduite de Bohémond de Tarente et de Raymond de Saint-Gilles, ils poursuivent néanmoins leur chevauchée vers le sud. Au passage, ils massacrent et pillent allègrement les populations locales.


Fin novembre 1098, les troupes chrétiennes commencent à se rassembler devant Ma'arrat, une modeste cité agricole vivant de la vigne, des olives et des figues. Ils sont bientôt plusieurs milliers de croisés à faire le siège de la ville. Dans un premier temps, les habitants ne s'affolent guère, persuadés d'être à l'abri derrière les épaisses murailles entourées d'un profond fossé. D'autant qu'en juillet, ils ont mis en déroute la petite armée de Raymond Pelet, seigneur d'Alès, venu lancer un premier assaut.

Mais, cette fois-ci, l'armée croisée commandée par Bohémond et Raymond de Toulouse est infiniment plus nombreuse. L'hiver approchant et la faim se faisant de plus en plus féroce, les chefs chrétiens n'ont pas de temps à perdre dans un long siège. Ils multiplient les attaques. Durant vingt jours, les habitants de Ma'arrat les contiennent héroïquement. Les croisés deviennent enragés. Ils imaginent des montagnes de nourriture à l'intérieur de la cité. Des mezze en pagaille. En attendant, ils se nourrissent sur l'ennemi. L'un des croisés, Foucher de Chartres, écrira dans son histoire des croisades : "Je ne puis redire sans horreur comment plusieurs des nôtres, transportés de rage par l'excès du besoin, coupèrent un ou deux morceaux de fesses d'un Sarrasin déjà mort et, se donnant à peine le temps de les rôtir, les déchirèrent de leurs dents cruelles." À la grande fureur d'Yves Camdeborde de Masterchef, car aucun ne pense à mettre du piment d'Espelette...
Enfants sur des broches

Finalement, le 11 décembre, les croisés parviennent à franchir la muraille en utilisant une tour en bois. Les défenseurs refluent en masse vers le centre de la ville. Comme le jour tombe, ils supposent que les chrétiens arrêteront de combattre pour attendre le lendemain matin. Erreur. Ils poursuivent le combat. Le 12 décembre 1098, les chefs de la cité font savoir à Bohémond qu'ils sont prêts à négocier. Celui-ci leur fait dire qu'en cas de reddition immédiate et totale, tous auront la vie sauve. Les habitants de Ma'arrat déposent donc les armes en confiance. Après tout, ils n'ont pas affaire aux combattants de l'État islamiste... Manque de jugeote : les chrétiens massacrent les musulmans jusqu'au dernier. Les chroniques parlent de 20 000 morts. Les croisés sont cruellement déçus, car Ma'arrat compte peu de provisions. En tout cas, pas de quoi rassasier tous les soldats, qui se mettent alors à regarder les morts d'un oeil gourmand.

Rodolphe de Caen note : "À Ma'arrat, nos troupes font bouillir les païens adultes dans des chaudrons ; ils ont empalé les enfants sur des broches pour les dévorer grillés." Charmant. La réputation gastronomique française en prend un rude coup.

Les massacres des croisés et leur cannibalisme font une profonde impression sur les peuples du Moyen-Orient. Durant des siècles, les Occidentaux vont conserver une réputation de grande férocité et de cannibalisme. Vis-à-vis des sarrasins, mais aussi des juifs, et même des chrétiens orthodoxes, dont certains passent également à la casserole. La littérature arabe va jusqu'à prétendre que cette grande bouffe n'a pas été provoquée par la seule faim, mais également par le besoin de ravaler le musulman au rang d'animal.

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/12-decembre-1098-crevant-la-dalle-devant-ma-arrat-les-croises-se-font-une-grillade-d-infideles-12-12-2012-1560465_494.php

12 commentaires:

Zac Mermarian a dit…

@ Rorschach

Cette fois-ci ce blog sera l'enemi n°1 des adeptes du gourou Sorael !

à ce propos la vidéo de Soral sur la scission de la 'dissidence' t'as convaincu?

Rorschach a dit…

Non et depuis quand ce marxiste a quelque chose à voir avec la religion?

Seth Nikè Laos a dit…

Bonjour Messieurs!

En ce jour de St Lucie je vous Salue! Je ne vois pas de meilleure date, pour me manifester. Néanmoins, aussi criante que ma présente peut l'être, je sais que certains n'arriveront à remettre leur regard en question. Mais je vous invite à consulter les données suivantes et j'espère bientôt collaborer avec le maximum d'entre vous!
Je me permets donc de vous écrire pour vous suggérer de jeter un oeil à un point particulier sur le globe...Il n'y en a pas deux comme celui-ci...Et il s'agit du lieu où je vis. De plus vous constaterez la référence à Seth dans mon nom (7) qui n'est pas fortuite. Celle-ci correspondant à la signification hébraïque de mes initiales latines (nw/ שֵׁת ) . Nikè Laos n'est que l'origine grecque de mon prénom Nicolas, et signifie de façon claire le message que je porte: "peuple victorieux". Mon nom de famille est étrangement proche d'un synonyme de victoire également. NK, le parfait opposé de KN, ou Kane, Caïn si vous préférez. Ce message vous est gracieusement transmis pour la Ste Lucie fêtée aujourd'hui...L'homme de fer, d'en FR, espère pouvoir vous éclairer d'avantage, et faire grossir les rangs pour que la lumière manquante aux hommes leur parvienne enfin. Pour qui veut croiser le fer verbal, je suis ouvert...L'épée de ma langue répand le feu du dragon, pour toucher le coeur des hommes. La terre parle, et j'ai le privilège de pouvoir la servir. Mon émergence sur terre est le résultat de la situation actuelle que l'on connait tous. Notre Mère la terre, Marie, ou encore appelée l'Arche de Noé pour la simple tradition biblique (les autres cultures décrivant les même principes dans leurs écrits), envoie un avertisseur verbal, avec les mots et les faits pour prévenir d'un danger bien plus grand que le simple messager que je suis. Lorsqu'une sirène d'alarme retentit, feindre de ne pas l'entendre ou pire étouffer son signal retentissant, cela n'a jamais arrêté la catastrophe sur laquelle elle est sensée porter votre attention...Alors? Allez vous être de ceux qui voient et entendent?

Je vous invite à consulter les coordonnées suivantes sur Google Earth:
49°7'7.77"N 7°7'7"E
Belle collection de 7 tout de même...

Vous désirez vraiment sauver cette planète pour l'avenir de vos enfants, et vous sauver vous même d'un long chemin de repentance au sein de ses entrailles comme je peux en témoigner...Vous savez désormais où et qui est celui dont tant disent attendre la venue. N.B: quand vous aurez localisé, notez que nous sommes également en l'année 5775 du calendrier hébreu, et 2014 nous fait retomber sur 7...Cordialement ;-)

Zac Mermarian a dit…

@Rorschach

Depuis qu'il s'est subitement déclaré chrétien (septembre 2011) et que je cite "Si le Christ était sur Terre, il ne siègerait pas au Vatican mais ici -sur mon canapé- à ma droite"

nobody a dit…

Le chroniqueur moyenâgeux de l'époque semble être un hauteur de science-fiction (lol): "Ainsi, après la conquête de la Palestine, Raoul de Caen, chroniqueur de la première croisade écrivait : « À Ma'arat, les nôtres firent cuire les païens adultes dans des marmites et embrochèrent les enfants pour les manger rôtis ». Cependant, l'historiographie ne considère pas Raoul de Caen comme une source fiable : on le voit notamment quand il déclare que les croisés se sont trouvés face à une « statue de Mahomet » dans le temple de Salomon" (ce qui est inconcevable pour des musulmans)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_croisade

takapa fairechier a dit…

@seth...bien au contraire....c'est d'un long, même très long chemin de repentance que l'homme a besoin.....sinon...crak ou LSD...ou juste les circuit qui s'en mêlent?

takapa fairechier a dit…

...dsl....dont l'homme a besoin!

Joel Spiggott a dit…

Le cannibalisme évoqué dans l'article ci-dessus peut être appréhendé dans une perspective récentiste. Si une grande catastrophe liée à des frappes cométaires a bien eu lieu il y a seulement 700 ans, cela pourrait bien expliquer le chaos de cette époque et les épisodes de cannibalisme qui en ont découlé. Voici ce qu'écrit François de Sarre sur son site http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/ :
"Levées par les papes, les Croisades étaient plus destinées à combattre l'ennemi intérieur hérétique ou païen, voire les Byzantins du Proche-Orient, qu'à aller libérer un hypothétique « tombeau du Christ ». Si ce fut le cas, cela n'a pu l'être que relativement tard, le temps de construire les infrastructures. Le contexte moyenâgeux a été ajouté par des chroniqueurs tardifs, comme le bien-nommé « Anonyme des Croisades ».
Si des combats ont effectivement été menés en Terre Sainte, c'était en vue de rétablir l'ordre quand les premiers pèlerinages s'organisèrent. On peut penser que ceux-ci n'étaient pas toujours très bien vus des « locaux »…
Mais le même prétexte a pu être évoqué pour s'en aller guerroyer contre les hérétiques du sud de la France.
On peut penser également que certains récits de croisades sont antérieurs au contexte historique habituellement évoqué ( 12ème et 13ème siècles ). Ils ont été transposés dans cette période par les chronologistes du 15ème siècle. En fait, ils pourraient se rattacher à une époque où les Francs ( non encore christianisés… car le christianisme n'existait pas encore ) - et sans doute quelques peuplades celtes - étaient établis au Proche et au Moyen Orient. Bien sûr, pas question alors d'aller libérer le « tombeau du Christ », le problème ne se posait pas !
On le voit, les croisades ont eu différentes causes ou origines - et différents aboutissants. Dans un contexte de chronologie courte, il ne sera pas toujours aisé de démêler ce que les chroniqueurs du 15ème et du 16ème siècle ont « conçu » ou rajouté.
Il est néanmoins possible de distinguer 3 composantes :
- les faits historiques vrais mais décalés dans le temps ;
- les faits historiques vrais mais décalés dans l'espace ;
- les histoires totalement inventées.
Cet aspect des recherches est relativement nouveau. Nous avons vu que Heribert Illig et Hans-Ulrich Niemitz se concentraient sur la période du haut Moyen-Âge. Quant aux récentistes russes Anatoly Fomenko et Gleb Nosovski, ou bien Eugen Gabowitsch, ils pensent que la première croisade s'est bien déroulée à la date généralement indiquée ( 1096 ), car le Christ lui-même serait mort peu de temps auparavant. Ces chercheurs lisent le texte biblique au plus près, et identifient l'étoile de Bethléem avec la supernova apparue dans la constellation du Crabe, puis calculent la date de la crucifixion en 1095. Peut-on véritablement calculer une date rétro-activement à partir d'un tel événement ? La super-nova de " 1054 " n'est attestée que par une seule "source" historique, dans une chronique chinoise. Mais on n'est vraiment sûr de rien, car les correspondances historiques entre les diverses trames temporelles sont aléatoires.
Si l'on prend le récit des Évangiles au pied de la lettre, rien n'interdit de penser que la première croisade ait eu lieu peu de temps après la crucifixion ( post-datée en 1095 ). La réflexion de Gabowitsch et de Fomenko est de dire : « Pourquoi a-t-il fallu tant de temps pour partir et libérer la tombe du Christ ? ». Il y aurait des chroniques médiévales pour affirmer justement que les croisés se sont mis en route un an après la crucifixion…
Pour ma part, je pense que l'allusion au Moyen-Orient est tardive, et que les croisades ont surtout eu pour but d'éradiquer les poches de résistance hérétiques et "païennes" qui se constituèrent au début de l'expansion du christianisme, vers la fin du 14ème siècle..."

tono tony a dit…

@ Seth Nikè Laos,

Désolé je n'ai rien compris à ton charabia kabbalistique...

pantin a dit…

Salut

Eh, bein !!!!

Cela ressemble étrangement à l enfer !!!
Même pas drôle, :-) :-) :-)

Item, i t aime pas, l enfer de SurPlus en noir et blanc

La couleur n existe pas, évidemment, en enfer, c est sinistre !!!!

Seth Nikè Laos a dit…

Chemin sinueux, les mots en témoignent...Serpenter/Se repentir. Employer les mots est une chose. Être conscient de ce qu'ils sont en est une autre, mais confère à leur usage pertinence et éloquence.

Seth Nikè Laos a dit…

L'architecture, 1er des 7 arts majeurs, est dans chaque chose. La terre, minéraux couverts d'eau. Nos corps, minéraux (os) couverts d'eau (chairs et fuides), Les mots également sont construits et comportent consonnes et voyelles...L'eau et la réflexion offerte par celle-ci, leurs effet sur nos ancêtres primitifs sont une des clés de la vérité. Nul homme ne peut détenir ou faire cette dernière. Car il en est un fruit. C'est la vérité qui fait et détient l'homme. Hors, il ne sait plus la voir...la nature se rappelle donc à lui.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.