mercredi 17 décembre 2014

Le Krach historique du rouble crée la panique en Russie

Comme d'habitude, tout lien entre cette affaire et la future guerre nucléaire ne relèverait que du conspirationnisme le plus échevelé.



Cette dégringolade continue ravive le souvenir de 1998, lorsque l’effondrement du rouble avait conduit, en quelques jours, à un défaut de la Russie sur sa dette.


Le rouble continue sa descente aux enfers. Après sa chute de près de 10% lundi, la monnaie russe s’est effondrée de 20% mardi 16 décembre, atteignant de nouveaux records de faiblesse face au dollar (80 roubles pour un dollar) et à l’euro (100 roubles pour un euro). Il s’agit d’un choc d'une ampleur qui n'avait plus été observée depuis 15 ans. Depuis le début de l'année, le rouble a cédé près de la moitié de sa valeur face au dollar. Cette dégringolade continue ravive le souvenir de 1998, lorsque l’effondrement du rouble avait conduit, en quelques jours, à un défaut de la Russie sur sa dette. Tour d’horizon des questions que pose cette crise.

1. Pourquoi le rouble s’effondre ?

La chute de la monnaie russe tient principalement à trois facteurs : la spéculation contre le rouble, le recul du prix du baril de pétrole et les sanctions occidentales prises contre la Russie en raison de son rôle dans la crise ukrainienne. "L’élément fondamental de cet effondrement est d’abord la très grosse spéculation contre la monnaie russe, juge l’économiste Jacques Sapir. Depuis plusieurs semaines mais surtout depuis vendredi 12 décembre, on assiste à un fort mouvement spéculatif contre le rouble et cela émane pour une bonne partie de spéculateurs russes."

La chute du pétrole contribue aussi fortement à cette crise. Mardi, le baril de Brent a plongé sous les 60 dollars pour la première fois depuis juillet 2009. "C’est une très mauvaise nouvelle pour la Russie qui en est extrêmement dépendante, analyse François Chevallier, en charge de la stratégie à la Banque Leonardo. Cela va lui faire perdre d’énormes recettes".

En effet, la Russie tire de l’or noir la moitié de ses revenus budgétaires. Et la banque centrale a dressé lundi un tableau noir de l’année à venir, avertissant que le produit intérieur brut du pays pourrait chuter de 4,5% à 4,8% si les prix du pétrole se maintiennent autour de 60 dollars le baril. Le gouvernement russe prévoit d’ailleurs une récession en 2015 (-0,8 %), après une croissance d’environ 0,6 % cette année.

D’autres facteurs, comme une série de sanctions européennes et américaines sans précédent contre Moscou dans le cadre de la crise ukrainienne, plombent l’économie russe. "Il est vrai que les banques occidentales ont la trouille du gouvernement américain et ne prêtent quasiment plus à la Russie en dollars, soutient Jacques Sapir. Mais ces sanctions n’ont que peu d’impact par rapport à la spéculation et à la baisse du prix du pétrole".

2. Quelles conséquences ?

Pour les ménages, les conséquences de l'affaiblissement de la monnaie nationale sont déjà très concrètes. La hausse des prix approche déjà 10% sur un an et promet de s'envoler encore. Les autorités ont notamment vu ces derniers jours réapparaître les étiquettes en devises étrangères dans certains magasins, des étiquettes fréquentes dans les années 1990. Cette valse des prix provoque une fièvre d’achats, certains Russes se pressant pour acheter du matériel électronique, meubles ou même voitures avant de voir leurs prix flamber.

La Russie est aussi confrontée à un départ des capitaux : 128 milliards de dollars (103 milliards d’euros) se sont "envolés" en 2014, selon la Banque centrale de Russie (BCR).

Cette chute du rouble corrélée à la baisse du prix du pétrole a également eu des conséquences en France et en Allemagne. Signe de l’inquiétude des investisseurs, les actifs les plus sûrs comme les dettes des Etats connaissent une forte demande. Les taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne (0,601%) et de la France (0,877%) ont ainsi touché mardi de nouveaux plus bas historiques sur le marché obligataire.

3. Que peut faire la Russie ?

Le gouvernement russe est déjà passé à l’action. Dans la nuit de lundi à mardi, il a, fait exceptionnel, augmenté de 6,5 points son taux directeur à 17%, contre 10,5% auparavant et 5,5% au début de l'année. "Cela n’a eu aucune efficacité mardi puisque le rouble a encore plus chuté que lundi, juge Jacques Sapir. Et même si la Russie augmente encore son taux, cela ne changera rien car les spéculateurs pourront continuer à spéculer contre le rouble".

Le site Lenta.ru, a d’ailleurs calculé qu’avec un taux directeur à 17%, un crédit immobilier sera ainsi désormais accordé avec un taux d'au moins 22%, un niveau difficile à tenir par des ménages au pouvoir d'achat malmené par la hausse des prix.

Dans ce contexte, l'idée d'introduire des restrictions sur les mouvements de capitaux est de plus en plus évoquée. "C’est la meilleure solution même si cela peut avoir un coût politique", répond Jacques Sapir. "C’est un peu la dernière arme qu’il reste à la Russie mais ce n’est pas un très bon signal car c’est un message de fermeture et cela ne redonnera pas confiance en la monnaie russe", souligne François Chevallier.

Autre hypothèse : faire intervenir la Banque centrale de Chine. "La Banque centrale de Russie peut s’entendre avec la Banque centrale de Chine et injecter d’énormes quantités de dollars, c’est-à-dire entre 100 et 120 milliards de dollars en quelques semaines, imagine Jacques Sapir. Elle prendrait alors les spéculateurs à contrepied et leur ferait perdre beaucoup d’argent. C’est toutefois peu probable car le gouvernement russe n’acceptera sans doute pas de se mettre dans la main des Chinois".

Vladimir Poutine devrait apporter un début de réponse à ces questions jeudi. Le chef de l'Etat russe doit passer un grand oral devant des centaines de journalistes russes et étrangers qui devrait faire la part belle à la situation économique.

http://www.challenges.fr/economie/20141216.CHA1542/effondrement-du-rouble-l-economie-russe-est-au-bord-du-chaos.html

24 commentaires:

L'observateur a dit…

Désole pour le russe de Moscou...il n'est pourtant pas responsable des décisions du tsar!
J'espère que cet embogrilo "économique" trouvera sa réponse sans qu'il y est plus grave répercussions malheureuses!
L'observateur

Laurent a dit…

Les joies de la vente à découvert....

Une abbération sans noms....

Le plus drole, c'est que l'effet domino va se faire sentir, la seule société générale est exposée pour 25 milliards de dollars en russie, soit plus de la moitié de ses fonds propre...

Jo a dit…

Poutine a voulu jouer et il a perdu, la preuve ses au revoir appuyés de la main lors de la visite surprise d' Hollande. De la même maniere que j'ai tj dit qu'il n'y aura pas de guerre avec les russes car ils n'ont pas les moyens
Le rouble remontera quand Poutine laissera les ukrainiens tranquilles tout en gardant la Crimée afin de ne pas passer pour un bouffon aux yeux des russes

eveil femto a dit…

Sa annonce une guerre nucléaire

Laurent a dit…

Jo, tu es pathétique.

Renseigne toi ailleurs qu'à TF1 et anal +

Teslambala Tesla a dit…

jo est vraiment pathetique...je confirme....

eveil femto a dit…

La guerre et inevitable maintenan ce qu il pense le contraire son trop naïf

Kam Ks a dit…

Je confirme également...

On a l'impression qu'il est sevré au biberon de l'empire, relayé par TF1 pour dire autant de platitudes comme ça.

On s'en fout royalement si Vlad, a des couilles ou pas, qu'il joue, qu'il gagne, ou qu'il perde, lui personnellement.

Ce qui m'intéresse vraiment, c'est de savoir qui sont les vrais bouffons qui provoque toutes ces déstabilisations politiques, économiques, etc

Et bien sur, en espérant éviter des catastrophes chaotiques de toutes sortes, qui pourrait avoir de multiples répercussions sur le continent européen voir mondiale




Olive a dit…

Que pensez-vous de cette analyse reprise par le saker : http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/17/video-evgeny-fedorov-depute-russe-explique-le-rapport-de-force-crucial-opposant-le-president-poutine-la-banque-centrale-russe/#more-9391

Amaury Massalis a dit…

Panique en Russie mais pas seulement :
http://echelledejacob.blogspot.fr/2014/12/le-prix-de-lor-noir-met-le-secteur.html

La baisse de l'or noir mets tous les producteurs en difficulté, aux USA, en Afrique, en Amérique centrale, etc.

Jésus de Nazareth a dit…

Le problème de Poutine c'est l'Ukraine......que lui reste il a faire.....malheureusement ...C'est une guerre "éclaire" contre les Ukrainiens..ce qui veut dire qu'il utilisera certainement une arme nucléaire.....et de là..suivra une guerre mondiale...Poutine n'a plus rien à perdre maintenant....

Annick Chiroux a dit…

Ne pas se fier aux apparences sur Poutine ni sur le peuple russe.

Nous allons trop vite en déductions, on sait peu que la Russie a des moyens et connaissances et depuis bien longtemps, en parapsychologie et métaphysique haut de gamme.

La Russie fait partie d'un plan Divin que nous allons découvrir bientôt.

Comme avec la Lune, la Russie va nous surprendre, c'est un peuple mystique.

le pèlerin a dit…

pèlerin : chercheur du temps si t'es dans le coin s'est le moment de nous faire partager ton savoir. Parce que entre "jésus de nazareth', "evel femto" et d'autres qui nous disent l'aire de rien qu'on sera peut-être tous morts dans 3 mois, un petit contre-argument ni formaté par la TV ni poussait par la parano ambiante (don je suis moi-même victime tu le sais lol) comme tu sais si bien le faire serait le bienvenu merci l'amis lol!^^

le pèlerin a dit…

ps : au passage "jésus nazar", je suis moi-même un parano de nature donc je suis mal placer pour critiquer mais le coup du "je sauve mon honneur en faisant sauter l'humanité volontairement" je vois pas ça venant de Poutine. S'est pas un saint mais il est pas fou d'orgueuil non plus, du moin je crois. Au pire je le verrais plus riposter à une attaque nucléaire, pas la déclencher et surtout pas pour affronter un Etat moribon comme l'Ukraine qui n'a même pas d'armes nucléaire ! Poutine est pas hitler le fou hein ?

Je verrais plus ce genre de folie venant du camp d'en face (USA) SI folie il doit y avoir et espérons que non ou au moins que ça en resterait aux armes conventionnelles !

Laurent a dit…

Poutine n'a aucun intérêt a récupérer l'ukraine, ce qu'il pourrait faire sans nucléaire en quelques jours. Il se retrouverait alors aux porte de l'otan, avec un pays ruiné a reconstruire, il prefere nettement cette zone tampon que l'ue va devoir payer à coup de dizaine de milliards d'euro.

d'autre part obama et ses caniches n'attendent que ça pour lui foutre sur la gueule, et se partager son territoire, le plus grand pays du monde bourré d'hydrocarbure, d'or et de terres rares.

La faute de poutine est d’être le chef de file de la création de la banque mondiale des brics, concurrence intolérable pour le maitre du monde autoproclamé qui est sur le point de s'écrouler dans son gras et sa décadence. (fin de rome ...)

Rétrospectivement, réfléchissez aux causes profondes des deux dernières guerre mondiale. (Un indice : à qui profite le crime, ,comme toujours)

Laurent a dit…

Il y a des rumeurs de false flag nucléaire en ukraine, obligatoirement mis sur le compte du croqueur d'enfants.

Ce n'est qu'une rumeur, mais enfin, quand on voit ce que les tarés atlantistes on fait jusqu'ici...

Il y a aussi une prédiction que le premier président noir des us serait le dernier président. mais ce n'es qu'une prédiction

thana toss a dit…

Bonjour tous et toutes, premier message sur ce blog fabuleux que je suis depuis fort longtemps. Merci au créateur de ce blog, au travail fournit, et à la qualité/pertinence de certains des intervenants réguliers et des liens qui vont bien.

Je rejoins l'avis de Laurent, à savoir à qui profite le crime ?
Du style qui va financer et reconstruire ? Qui sera toujours là malgré les conflits à venir ?

Vous avez hélas souvent raison sur ce site...c'est flippant ! Je suis pourtant optimiste de nature.
Au plaisir de vous lire, et un grand merci @ tous.

eveil femto a dit…

Le pelerin il faut que tu sache que la guerre et maintenan inevitable elle et voulue depui pas mal de temps la pression exercé sur la russie et intenable sa va monté et non baisser c pas des salade ce que je te raconte je ne te dit pas sa non plus pour faire l'interessant tu vera et le monde le cera mais les gents dans leur insouciance ni prete pas attention etudie les symptome d un guerre mondiale on en a eu 2 sa a toujour la meme chanson je v t indiquer les trois grand symptome jeu alliance,crise economique, attentat analyse sa avec le mon actuelle et tu vera si on y et

eveil femto a dit…

Je te valide a 100%

Laurent a dit…

Thana toss: Celui qui a financé et reconstruit, comme il a financé pour détruire (comment l'allemagne nazi a t elle pu tenir aussi longtemps devant la coalition et les Russes !), et confronté à une nouvelle donne et ce n'est pas pour rien s'il renoue avec Cuba, port d'attache de la flotte iranienne et russe...

Un détail croustillant qui a récemment fait flipper un navire de guerre us bardé de tout les trucs dernier cris: il se sont fait survoler au ras des moustaches, en mer noire, par 2 mig russe sans même avoir eu de signal radar ou quoi que ce soit.

Cette fois ci ils ne feront pas que compter les points et attendre que tout les pays soient exsangues pour venir "libérer".

Ils s'en prendront plein la gueule.

le pèlerin a dit…

femto : ok admettons seulement je parlais de mes doutes concernant une guerre nucléair qui plus es DECLENCHE par la Russiee. Une guerre globale conventionnelle est possible hein ? Juste comme ça.

Après, qu'elle soit certaine... t'avance pas trops ça fait 5 ans qu'on nous l'annonce et que ça fait "pschiit", est-ce que ça sera toujours le cas, j'en sais rien, j'espère mais je ne peux hélas le prétendre avec certitude vue le contexte en effet.

Et encore une fois chercheur du temps si t'es dans le coin pointes-toi s'il te plaits lol.

Chercheur du Temps a dit…

@ Le pèlerin. La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens, la guerre financière aussi.
Incontestablement, la spéculation à la baisse sur le pétrole et le rouble est parfaitement organisée et incontestablement elle fait mal à la Russie. Mais dans une guerre (et incontestablement c’en est une…), on distribue des coups, on en pare et on en prend. Comme à la boxe, ce n’est pas celui qui cogne le plus fort et le plus souvent qui gagne mais celui qui encaisse plus que l’autre et conserve suffisamment de force pour faire la différence au finish au moment crucial.
Comme l’option militaire patine depuis un bon moment (les Ukrainiens sont incapables de reprendre l’offensive, l’OTAN n’a pas les moyens de ses ambitions et de ses délires bellicistes…), que les sanctions font autant voire plus de mal à ceux qui les imposent qu’à ceux qui les subissent… il fallait bien ouvrir d’autres fronts. Avec le terrorisme, notamment en Tchétchénie, c’est déjà fait… mais avec des résultats plutôt mitigés. La Transnistrie ? L’incendie a du mal à prendre et, de toute façon, une fois l’allumette consumée les pyromanes ne seront guère plus avancés : Poutine ne partira pas dans une guerre - nucléaire ou même conventionnelle - sur ce front-là. A Kaliningrad, la réaction serait autrement plus violente parce que l’on toucherait directement au territoire russe et aux intérêts vitaux du pays… et c’est bien pourquoi on évite soigneusement cette option.
Ne reste que la bonne vieille guerre économique et financière qui a déjà mis à genoux l’URSS autrefois et fait beaucoup de mal à nombre de pays qui avaient le malheur de se dresser sur le chemin de l’Empire israélo-anglo-saxon ou qui constituaient des proies tentantes. Les Américains sont assez prévisibles parce que routiniers : ils répètent inlassablement les mêmes stratégies, qu’elles fonctionnent ou pas. Après l’Afghanistan, ils ont essayé d’embourber les Russes en Asie Centrale, dans le Caucase, en Crimée, en Transnistrie, en Ukraine… avec des résultats pas vraiment probant. Alors on utilise l’arme de la spéculation qui fera mal… tant que la Russie s’accrochera bêtement aux règles du jeu monétaire et financier international défini par ses pires ennemis. Pour en sortir, Poutine n’aura guère d’autres choix qu’une « nuit des longs couteaux » contre la Banque Centrale Russe, les apparatchiks et autres oligarques russes qui spéculent contre le rouble et la Russie et imposer un contrôle des capitaux et des changes, mettre la BCR au pas et nationaliser les banques récalcitrantes. Et se rapprocher encore plus de la Chine pour se recapitaliser, s’adosser à son économie et à son système financier pour échapper à celui de l’Occident qui l’asphyxie.

Chercheur du Temps a dit…

@ Le pèlerin. Pour ce qui est de la sempiternelle question sur la sempiternelle prochaine guerre je renvoie sempiternellement à ce que j’écrivais déjà le 11 septembre dernier (tiens, je n’avais pas fait attention à la date à l’époque…) : La menace d’une guerre nucléaire généralisée ? Pas plus ni moins forte que dans les 70 dernières années… Depuis la création des armes de destruction massive par l’atome, on ne les a utilisé - officiellement - que 2 fois… en 1945. Depuis, la sainte trouille est à l’œuvre (n’a-t-on baptisé tout cela du nom charmant « d’équilibre de la terreur » ?). Depuis septante années, la planète a connu un nombre élevé de dirigeants pouvant appuyer sur le fatidique bouton qui furent paranoïaques, schizophrènes, sociopathes, mégalomanes, mélomanes, fanatiques, alcooliques, asthmatiques, bellicistes, crétins congénitaux ou incompétents notoires. Malgré tout aucun ne s’y est risqué. Parce qu’une guerre nucléaire équivaut à un duel à la grenade incendiaire dans un égout. Personne ne connait réellement l’efficacité des armes de l’ennemi et sa détermination… et pas davantage les siennes. L’usage d’armes nucléaires tactiques est parfaitement possible (techniquement et théoriquement) : on atomise localement, une guerre nucléaire de faible intensité en quelque sorte… Et ça ne débouche pas forcément (techniquement et théoriquement) sur une guerre nucléaire généralisée : on a montré ses muscles, cassé quelques chaises et fait comprendre à l’adversaire qu’on peut aussi lui casser la gueule s’il insiste. Sauf que l’on n’a pas la certitude que l’autre ne va pas sortir son gros fusil ; ou l’autre, que même truffé de plombs, on n’ait pas le temps de lui jeter une grenade dégoupillée… Bref, on spécule dans le vide et c’est tant mieux, parce qu’il est difficile de spéculer éparpillé en atomes dissociés.


le pèlerin a dit…

chercheur temps : merci ! J'espère que ton analyse convaincra les autres lol.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.