mercredi 24 décembre 2014

Les Traditions de Noël



Comme chacun le sait, la fête de Noël (Jul) correspond aux anciennes festivités indo-européennes du solstice d’hiver. Le mythologue Marc de Smedt le rappelle, après bien d’autres : « Noël n’est qu’une adaptation à la nouvelle religion (chrétienne) des fêtes que les Anciens et les Barbares célébraient lors du solstice d’hiver – et il en est de même pour toutes les fêtes chrétiennes, bien que l’Église l’ait très longtemps nié » (Le Nouvel Observateur, 23 décembre 1974). C’est ainsi que la fête de l’annonce à Marie, le 25 mars, soit neuf mois avant Noël (durée de la période de gestation) était célébrée à Rome bien avant le christianisme : c’était la fête de l’annonce à Cybèle.


Après beaucoup d’hésitations, l’Église s’est décidée à fixer la date de la naissance supposée du Christ au 25 décembre afin de la faire coïncider avec un rite plus ancien : la première mention latine de cette date comme fête de la Nativité remonte à l’an 354, la célébration proprement dite n’étant apparue qu’à la fin du IVe siècle. En 525, Dyonisius le Petit, consacrant une tradition alors vieille d’un peu moins d’un siècle, fixe la date de la naissance supposée de Jésus au 25 décembre de l’an 1, qu’il assimile à l’an 754 de la fondation de Rome. En fait, si les festivités du solstice d’hiver ont toujours eu lieu à la même époque de l’année, nous ignorons non seulement le jour de la naissance de Jésus, mais même l’année. Sur ce point comme sur bien d’autres, la contradiction entre les canonistes est totale.

On notera à ce sujet que les contradictions concernant la naissance de Jésus s’étendent plus loin encore, jusqu’au lieu même de sa naissance (Nazareth, ou Bethléem ?) et à son ascendance davidique présumée. David Flusser écrit à ce sujet : « […] Les deux généalogies de Matthieu et de Luc ne sont identiques que d’Abraham à David. Les difficultés propres aux deux successions et leurs importantes divergences laissent donc l’impression que les deux généalogies de Jésus ont été établies dans le seul but d’établir la descendance davidique de Jésus » (Jésus, Le Seuil, 1970). La volonté de manipuler et de récupérer l’histoire au service de la Révélation ne pouvait manquer de s’appliquer également à des festivités aussi populaires et aussi enracinées que celles qui entourent les deux périodes solsticiales.

Comme en bien d’autres occasions, l’Église, après avoir cherché à détruire, a fini par composer. Au départ, son hostilité ne fait pas de doute. N’est-il pas écrit dans le Deutéronome : « Quiconque aura honoré le soleil ou la lune, ou un être dans les cieux, devra être lapidé jusqu’à ce que mort s’ensuive » (XVII, 2-5) ? Le psychiatre Ernst Jones a été jusqu’à écrire : « On pourrait se demander si le christianisme aurait survécu s’il n’avait pas institué la fête de Noël avec tout ce qu’elle signifie » (Psychanalyse, folklore et religion, Payot).

Aujourd’hui, René Laurentin reconnaît que cette « naissance de Jésus, dont les Évangiles ne nous disent pas la date, l’Église l’a située au solstice d’hiver » (Le Figaro, 26-27 novembre 1977). Il ajoute : « Le symbole cosmique du solstice d’hiver popularise et vulgarise à la fois la fête de Noël parmi nous » (ibid.).

Marc de Smedt explique : « Ce n’est pas par hasard que, la date exacte de la naissance de Jésus restant inconnue, un concile décida néanmoins de fêter l’anniversaire de cette nativité le jour du 25 décembre, jour du solstice d’hiver, qui ouvre la phase ascendante et lumineuse du cycle annuel. Partout, on allumait alors des feux en signe de joie. Saint-Augustin et l’Église démentirent, bien sûr, ces origines païennes, mais il n’en reste pas moins que le 25 décembre était l’anniversaire des dieux soleil […] Jésus naît la nuit, il vainc l’obscurité, cette vieille angoisse de l’homme, et symbolise la victoire périodique de la lumière fraternelle qui va aider au renouveau de la vie et à l’éclosion cyclique de la nature porteuse de fruits. La réanimation de la lumière équivaut à un renouvellement du monde. La partie du solstice d’hiver ouvre un cycle : dans la tradition hindoue, c’est le début du deva-yâna, la voie des dieux, par opposition à la pitri-yâna du solstice d’été, qui figurait le commencement de la voie des ancêtres » (Le Nouvel Observateur, art. cit.).

D’un autre côté, la fragilité de l’argumentation historiciste appuyant cette récupération, ainsi que la prégnance de vieux symboles païens dans les célébrations de Noël, ont induit dans certains milieux chrétiens une tendance marquée à la « démythologisation » de Noël. Le fait, à vrai dire, n’est pas nouveau. Certaines sectes protestantes récusent le caractère de fête du 25 décembre et y voient une célébration purement païenne. Tel est le cas des Témoins de Jéhovah (qui font remarquer que, si le jour de la naissance de Jésus avait eu la moindre importance, la Bible l’aurait à coup sûr mentionné) et, aux États-Unis, de la Worldwide Church of God fondée par Herbert W. Armstrong (cf. le Sunday Sun du 28 décembre 1980). Par ailleurs, pour l’église orthodoxe, la fête de Pâques a toujours eu plus d’importance, on le sait, que la fête de Noël.

La nouveauté est que cette tendance atteint également les milieux catholiques. Une thèse de ce genre est notamment développée par Raymond E. Brown, membre (catholique) de l’Union Theological Seminary, dans un livre intitulé The Birth of the Messiah (1977). À Paris, dans La Croix du 21-22 décembre 1980, Étienne Got propose lui aussi de « démythiser Noël ». Tel est d’ailleurs le titre de son article. Sa conclusion est la suivante : « Démythisons, mais gardons l’essentiel : une jeune juive nommée Marie donne naissance, loin de chez elle, dans un pays occupé, à un garçon qu’elle nomme Jésus, qu’elle pressent être le Messie ».


Le solstice d’hiver, ou la Tradition

À Rome, bien avant la célébration de Sol Invictus, le solstice est nommé bruma, breuissima (dies), journée qui correspond au 21 décembre. On a également recours à une autre racine, qui a donné le mot angor. « Il est de bon latin, à toute époque, de notre par angustiae un espace de temps ressenti comme trop bref, fâcheusement ou douloureusement bref, et Macrobe ne manque pas de l’employer et de le répéter quand il dramatise ce tournant de l’année » (Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Payot, 1966). Ovide écrit : « Le solstice d’été n’abrège pas mes nuits, et le solstice d’hiver ne me rend pas les jours angustos » (Les Tristes 5, 10, 7-8). 

La religion ressent ces angustos dies solsticiaux : une déesse et un culte en assurent le franchissement. Cette déesse du solstice, c’est Diua Angerona, dont les festivités, dénommées Diulia ou Angeronalia, se déroulent le 21 décembre. Ce jour là, les pontifes offrent un sacrifice in curia Acculeia ou in sacello Volupiae, proche de la porte Romanula, une des portes intérieures de Rome, sur le front Nord du Palatin. Dans cette chapelle se trouve une statue de la déesse, avec la bouche bandée et scellée ; elle a un doigt posé sur les lèvres pour commander le silence. Pourquoi cette attitude ? Georges Dumézil explique, en se référant à d’autres mythes indo-européens : « Unes des intentions du silence, dans l’Inde et ailleurs, est de concentrer la pensée, la volonté, la parole intérieure, et d’obtenir par cette concentration une efficacité magique que n’a pas la parole prononcée ; et les mythologies mettent volontiers cette puissance au service du soleil menacé » (op. cit., p. 331).

En ce qui concerne les Germains, l’historien Grec Procope (IVe siècle) dit qu’au cœur de l’hiver, les hommes des « pays du Nord » envoient des messagers au sommet des montagnes pour guetter le retour du soleil, lequel est annoncé par des feux ou des roues enflammées auxquelles on fait dévaler les pentes. De son côté, Tacite (55-120) raconte dans ses Annales que les Germains célèbrent le solstice d’hiver par des festivités et des festins.

Il faut noter ici que le solstice d’hiver est un simulacre du Ragnarok : la fin de l’année est la « représentation » cyclique de la fin du monde (qui clôt elle-même un grand cycle du temps). C’est pourquoi dans l’Edda, l’époque du « crépuscule des dieux », durant laquelle le soleil – comme Odhinn lui-même – est avalé par le loup Fenrir (ou par un fils de Fenrir), est appelée Fimbulvetr, c’est-à-dire le Grand Hiver. C’est pourquoi également Vidarr, le dieu qui permet la renaissance du monde et qui parvient à terrasser Fenrir (Völuspa, 55) – grâce à quoi le soleil est remplacé par sa fille, c’est-à-dire par un nouveau soleil (dans les langues germaniques, le mot « soleil » est du genre féminin) –, est défini comme l’« Ase silencieux ». L’analogie entre l’action de Vidarr, qui implique le silence, et celle de la déesse romaine du solstice, Angerona, dont l’attitude commande aussi le silence, saute aux yeux. Le silence est nécessaire à Noël pour que le dieu / la déesse sauve le soleil du péril et de la mort.

À cet égard, le passage essentiel de l’Edda se trouve dans le chant de Wafthrudnir au moment où, à la question de Göngröder : « D’où viendra le nouveau soleil dans le ciel uni, lorsque le loup aura avalé celui que nous voyons ? », le sage Wafthrudnir (Wafthrunder) répond : « Le soleil, avant d’être anéanti par le loup, donnera le jour à une fille ; quand les dieux disparaîtront, elle suivra la même route que sa mère ». On notera par ailleurs que dans la mythologie germanique, le loup est constamment attesté comme le symbole de l’hiver – et qu’en Allemagne du Sud, l’ancien nom du mois de Décembre (Julmond ou Julmonat) est attesté, lui aussi, en Wolfsmond, le « mois du loup ».

Dans son essai sur La vie religieuse de l’Islande, 1116-1263 (Fondation Singer-Polignac 1979, p. 369), Régis Boyer souligne également : « Tout comme elle a dû confondre Noël et jól – et, outre la jólaveizla (le “banquet de Jul”), la jóladrykkja (la “libation de Jul”), le jólabodh, les pratiques qui allaient de pair : hospitalité libéralement accordée (jólavistar) et la paix sacrée (jólafridhinn) –, l’Église a assimilé les fêtes d’équinoxe d’automne, vetr-naetr, à la Saint-Michel et celles du solstice d’été, sumarmàl, à la Saint-Jean, de même que celles de la mi-été (midhsumar) ». De son côté, un auteur comme Folke Ström (Nordisk hedendom, p. 61) a montré que le jól (Jul) islandais était l’ancien sacrifice nordique de l’àlfablót.


http://grece-fr.com/?p=3845

11 commentaires:

tono tony a dit…

Par respect pour les chrétiens du blog je vais me taire aujourd'hui...Bon réveillon et bonnes fêtes.

Amaury Massalis a dit…

Article très intéressant, on voit bien que Dieu n’a jamais abandonné les Hommes, même après avoir quitté le Paradis Dieu était toujours et encore là. Tout ce qui s’est passé avant la naissance du Saint Sauveur était une préparation à la venue du Christ, l’incarnation du Verbe. Et donc aujourd'hui, dans le calendrier liturgique catholique, les fêtes chrétiennes sont à la bonne place, au bon moment.

Dioex a dit…

C'est intéressant mais il manque les 2 mots clés qui sont à l'origine des fêtes de Noël et de la date de la naissance de Jésus, les saturnales du 17 au 24 décembre et le culte de Mithra le 25 décembre.

joyeux Noël "païen" ;)

A.M. a dit…

Bien intéressant cet article. Merci bien!

Aldébaran76 a dit…

païen ? comme dans cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=YC5nNivcRPo

osmont norbert a dit…

Des siécles avant JC La communauté initiatique des Drottes dans la presquile du Jutland _nord du danemark,était organisée par des initiés la reproduction était dirigée pour que la maximum de naissances culmine au soltice d'hivers.

Parmi ceux qui étaient nés au soltice d'hivers,le plus apte à diriger la communauté
était choisi pour diriger pendant 3 ans et se retirait aprés pour une vie spirituelle ,dans la solitude.Il prenait ses fonctions de guide de la communauté à 30 ans pour 3 ans.
cette organisation sociale est l'expression de l'incarnation d'archétypes_vecteur de réalités spirituelles directrices de notre évolution.

Le christ s'y est conformé en naissant en Jésus au baptéme dans le jourdin pour régner 3ans sur terre pour implanter dans l'aura de la terre et dans l'humanité,l'impulsion de transfiguration et de resurrection.

l'humanité a opté pour la crucifixion de la terre. on ne peut aller au delà.
La résurrection de la terre est en marche par la destruction des agents nocifs selon les voies naturelle où il sera laissé libre cours aux esprits de la nature pour rétablir l'ordre, ayant fait les frais de l'humanité en décadence

Marc Degremont a dit…

Ror: Je suis athée mais je respecte les convictions de chacun (hormis lorsqu’elles tombent dans l’extrémisme). Etant athée et n'ayant donc aucune connaissance dans ce domaine, peut-tu m'expliquer (sans rentrer dans des détails incompréhensibles pour moi) comment Jésus de Nazareth peut-il être né entre -7 et -5 avant J.C ???
https://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9sus-Christ

Rorschach a dit…

@ Marc Degremont

Contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire le calendrier que l'on dit "chrétien" n'a rien à voir avec Jésus.

Il s'agit du calendrier vulgaire donc destiné aux non-initiés qui sert à marquer clandestinement le retour de la planète X dans les limites du système solaire en l'an 2000, date qui correspond également à la fin technique de l'ère du Kali Yuga.

Le véritable calendrier commence son décompte âpres le dernier déluge il y a prés de 4320 ans.

Il y a un véritable rideau de désinformation mais assez de documentation reste disponible pour confirmer tout ceci.

Yann Gompel a dit…

Trés Riche , et intéressant Article.

En effet , nombre de fêtes que nous fêtons sont des jours qui étaient Déjà fêtés par le passé , sous d'autres aspects!

Comme il est Factûel ,Véridict et vérifiable que nombres de lieux de Cultes présentement construits dans le Monde , faisaient déjà office de lieux de Cultes dans d'autres époques!

Pour ma part j'en tire la conclusion , que ces "lieux" sont des lieux "spéciaux" ou' les habitants des premières constructions s'y sentaient bien et en Paix.

Comme d'autres part , je remarque que les "Jours" que nous fêtons comme 'Noêl' se calquent pour nombre d'entre eux sur l'Etude des Astres Célestes et leur Cycles Immuables.

Aprés la pluie , le beau temps ne dit-on pas , machinalement ; à coup sur sans trop se tromper *....- .

Quand à Jésus et à sa généalogie ,ou encore quand à ces doutes au sujet du jours exact de sa Naissance...

J'ai envie de répondre : " Qu'importe ....!".

Dans mon Esprit , il était et est l'Incarnation du changement en bien de l'Ordre Etablie et de ces vieux_démons.[ colère contre les marchands du Temple / contre l'usure / et contre les sacrifices et offrandes aux vieux prêtres ...en 1 certains "sens", c'étais un Rebel avant l'Heure^^pour moi].

Il était et est de ces signes avant coureur de grand "changements".

+Tono tony :

Bon réveillon , et bon début d'Année à toi *....- .

lumieredumonde a dit…

« La réalité est que les catholiques avaient fixé la date de Noël au 25 décembre bien avant que l’empereur Aurélien n’ait instauré le culte du dieu solaire romain et avant qu’il n’ait choisi le 25 décembre comme le jour où serait célébré le festival de Dies Natalis Solis Invicti. En 221 après Jésus-Christ, l’historien Sixte Jules l’Africain (Sextus Julius Africanus) nous informe, dans son compte-rendu de l’histoire du monde en cinq volumes (Chronographiai) que les catholiques célébraient déjà l’Annonciation le 25 mars. En d’autres mots, les catholiques considéraient déjà en l’an de grâce 221, que Jésus-Christ avait été incarné dans le ventre de la Bienheureuse Vierge Marie un 25 mars (jour traditionnel de sa conception), soit neuf mois avant le 25 décembre. Par conséquent, nous savons que les catholiques considéraient que le 25 décembre était la date de l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ au moins 53 ans avant que l’empereur Aurélien n’ait créé le culte officiel du Soleil Invaincu et n’ait placé la célébration de sa naissance au 25 décembre.

L’empereur Aurélien institua ce nouveau culte national et cette nouvelle fête nationale précisément parce qu’il était manifeste que l’empire romain se mourait : il espérait sans doute qu’invoquer ensemble le dieu soleil serait l’occasion pour tous ses sujets de s’unir autour de la croyance en une déité porteuse de vie qui renaissait chaque année. Le choix du 25 décembre comme la date de l’anniversaire de la naissance du Sol Invictus provenait surement de son désir de concurrencer cette nouvelle religion clandestine qui attirait de plus en plus des ses sujets : en effet, la foi de ces catholiques persécutés et le témoignage qu’ils rendaient à la vérité jusque dans les arènes poussaient de nombreux sujets de l’empereur à se joindre à eux dans les catacombes et à célébrer la messe et Noël avec eux. Il semble plutôt que ce soit l’empereur Aurélien qui ait institué le Dies Natalis Solis Invicti le 25 décembre afin de combattre par la concurrence la religion catholique, qui, rappelons-le, était illégale (voir Les origines de l’année liturgique [en anglais] de Thomas Talley).

Comme nous venons de le démontrer, Noël n’est ni une version christianisée des Saturnales ni une version christianisée de l’anniversaire de naissance de Sol Invictus. Dès le XVIIe siècle après Jésus-Christ, ces affirmations fallacieuses ont été répandues par des sectes protestantes anticatholiques : les puritains anglais et les presbytériens écossais. »

En 1995, le savant israélien Shemaryahu Talmon a publié une étude sur le calendrier liturgique découvert dans la grotte 4 de Qumrân (4Q321). Il y trouva incontestablement les dates du service au Temple que les prêtres assuraient, à tour de rôle, encore au temps de la naissance de saint Jean-Baptiste et de Jésus. Selon ce document, copié sur parchemin entre les années 50 et 25 av. J.-C., donc contemporain d'Élisabeth et de Zacharie, la famille des Abiyya à laquelle ils appartenaient (Lc 1, 5 ; cf. 1 Ch 24,10) voyait son tour revenir deux fois l'an, du 8 au 14 du troisième mois du calendrier essénien, et du 24 au 30 du huitième mois. Cette seconde période tombe vers la fin de notre mois de septembre, confirmant le bien-fondé de la tradition byzantine immémoriale qui fête la "Conception de Jean" le 23 septembre.

Or ce fut, comme l'écrit saint Luc, le « sixième mois » de la conception de Jean que l'ange Gabriel apparut à la Vierge Marie. À compter du 23 septembre, le " sixième mois " tombe très exactement le 25 mars, en la fête de l'Annonciation. Dès lors, Jésus est bien né le 25 décembre, neuf mois plus tard. Noël n'est donc pas « la consécration religieuse et cultuelle d'un évènement cosmique, le solstice d'hiver qui marque la régression de la nuit ». Non ! le 25 décembre est l'anniversaire de la naissance du Christ, tout simplement… Une fois de plus la tradition séculaire de l'Église se trouve en parfait accord avec les plus incontournables découvertes scientifiques.

lumieredumonde a dit…

Source : http://saintespritdeverite.e-monsite.com/pages/protestantisme/noel-le-25-decembre.html#yhLQa4CXhQYhmBrX.99

Joyeux Noël à tous chers amis, et que la Paix du Christ règne dans nos cœurs, car Il EST la Paix :)

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.