lundi 16 février 2015

SwissLeaks : L'israélien qui avait financièrement assisté Al-Qaïda pour le 11 Septembre était lié au Mossad




Découvrez la stupéfiante connexion -passée sous silence dans l'affaire SwissLeaks- entre un trafiquant d'armes israélien, Al-Qaïda et le Mossad.


À l'insu de ses protagonistes, ce fut un grand moment de télévision.Vendredi soir, sur le plateau du Grand Journal de Canal+, le malaise était presque palpable à l'écran.

Invité spécial du jour : Serge Michel, journaliste du Monde impliqué -avec une centaine de confrères à travers le monde- dans la révélation du scandale SwissLeaks (portant sur un vaste et occulte système d'évasion fiscale mis en place par la filiale suisse du groupe bancaire britannique HSBC).

Sa révélation, formulée sur un ton badin (et mise en exergue, le lendemain, par le site de Canal+) : un évadé fiscal, détenteur d'un compte à HSBC, était un polycriminel (trafiquant d'armes, de diamants et de drogue) israélien qui avait financièrement assisté le groupe terroriste Al-Qaïda à la veille des attentats du 11-Septembre.

Interlocuteurs visiblement embarrassés (à l'instar d'un membre médusé du public) qui enchaînèrent aussitôt -avec un ton désinvolte- sur des remarques ("Bien…") ou des questions ("Combien d'argent?") ineptes : l'animateur Antoine de Caunes, l'humoriste Sébastien Thoen et le chroniqueur politique Karim Rissouli.





Ni Natacha Polony ni Jean-Michel Apathie, chroniqueurs de l'émission, n'ont ensuite posé à Serge Michel (venu en compagnie de Louis Dreyfus et Gilles Van Koten, respectivement président du directoire et directeur de la rédaction du Monde) une question pourtant évidente : qui était exactement cet Israélien?

La consultation du site du Monde permet de répondre -partiellement- à cette interrogation : son nom est Shimon Yelinek.

Samedi 14 février, dans la soirée, le site du journal a discrètement publié- sans l'annoncer sur sa page Facebook- un article à son sujet. Le portrait expéditif brossé à l'antenne par Serge Michel y est plus développé.

Il faut également se réferer à un autre journal partenaire du Monde dans la divulgation du scoop SwissLeaks : L'Hebdo.

Jeudi 12 février, ce média suisse avait consacré un article complémentaire -et relayé vendredi, dans l'indifférence générale, sur Facebook- au sujet de Shimon Yelinek, ex-courtier israélien basé au Panama qui suscita déjà l'intérêt de la presse américano-latine en 2002/2003.


Contrairement à L'Hebdo, Le Monde évoque -sans s'y attarder davantage- l'identité du principal "collègue" de Yelinek, dénommé Ori Zoller et présenté comme un "ancien membre des forces spéciales israéliennes".

La réalité est plus complexe.

Propriétaire d'une agence de courtage (en armes à feu) basée au Guatemala, Zoller n'était pas seulement un ex-militaire israélien. Cet homme, également impliqué -comme Yelenik- dans le trafic de diamants avec Al-Qaïda- avait été exposé par l'Organisation des États américains : en janvier 2003, cet organisme avait publié un minutieux rapport d'enquête relatif à l'acheminement illégal d'armes du Nicaragua -via le tandem Zoller/Yelinek- à destination d'un groupe paramilitaire colombien d'extrême droite.

Zoller y fut cité comme un "ex-agent du renseignement israélien" et représentant (au Guatemala) de la société Israel Military Industries (une compagnie contrôlée par le gouvernement israélien) qui bénéficia encore, fin 2001, d'importants virements bancaires effectués depuis Tel Aviv.

En juin 2002, le Miami Herald (journal de la ville où séjournait régulièrement -dans l'hôtel Mariott- Yelinek) était plus incisif : selon une information rapportée par le quotidien Panama America et directement issue -via une source confidentielle- du Conseil de sécurité nationale du Panama, Zoller était encore un agent du Mossad durant son étroite collaboration (dans les années 1999-2001) avec Yelinek.

Résumons : Yelinek, l'Israélien qui assista financièrement -via un intermédiaire libanais et en amont des attentats de 2001- le réseau Al-Qaïda, était donc en relation -à travers son partenaire Zoller- avec le Mossad.

Lire la suite sur :
 
http://www.panamza.com/150215-swissleaks-alqaida-mossad

3 commentaires:

tono tony a dit…

A cela on rajoute le dèclaration " antisèmite " de Roland Dumas au sujet de Valls et de ses maitres crypto-sinistes...les merdias ont de plus en plus de mal à esquiver...forcèment aujourd hui tout le monde a identifiè cette racaille juifistes responsables des malheurs de l humanitè...

Amaury Massalis a dit…

C'est tout même curieux que toutes sortes de révélations explosives émergent tout d'un coup ? Et, ce sont toujours les mêmes qui sont impliqués : ceux qui ont infiltré et qui utilisent, instrumentalisent, et même stigmatisent la communauté juive, à la seule fin du pouvoir total sur la planète.

Apjal Coba a dit…

Je me demande : à quel jeu ce monsieur joue t’il?
On ne peut pas être plus pro Israel dans ces propos, cela saute aux yeux.
Il faut être véritablement aveugle pour ne pas voir cela.
J ‘ai la conviction qu’il le fait exprès, mais dans quel but exactement?
Ou alors il est complètement idiot!
Il ne cache pas ces convictions, bien au contraire, il les expose en plein jour sous le feu des projecteurs,
Y a t’il une force mystérieuse qui le pousse à se montrer aussi radical?
Suit il un plan bien déterminé dicté par des maîtres invisibles?
Faut il s’en réjouir ou au contraire s’inquiéter de cette drôle de position fortement et clairement exposée?
Après les attaques ridicules contre Dieudonné, ces apparitions dans les synagogues et réunions israélites avec une kippa sur la tête et pour couronner le tout, un défilé en plein Paris ce 11 janvier à coté du premier ministre israélien, il est évident qu’il ne cherche même pas à se cacher.
Et ces nombreux, très-trop nombreux propos pro Israel.
je suis entrain de réfléchir à tout cela.

Enregistrer un commentaire

Commentaires fermés

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.