dimanche 15 juillet 2018

Distinction entre le Christ glorieux et le Christ douloureux





Dans l’ésotérisme islamique, on peut trouver un texte tel que celui-ci :

« Jésus séjourne au Quatrième Ciel celui du Soleil, ce qui est une allusion subtile au fait que le lieu d’origine d’où son esprit émane est la modalité spirituelle de la Sphère du Soleil qui est le Cœur du Monde […] Cette modalité spirituelle est une lumière qui meut cette Sphère par son amour enflammé, en irradiant directement ses rayons sur elle à cette fin. »


Ceci n’empêche pas que, dans l’ésotérisme islamique, où chacun des principaux prophètes préside à l’un des sept cieux planétaires, ce ne soit pas au ciel du Soleil que préside Seyidna Aïssa, c’est à dire le Christ, mais à celui de Mercure, ainsi que le dit Guénon qui ajoute que, dans l’angélologie hébraïque, l’ange de Mercure est généralement Raphaël, c’est à dire, d’après la signification de son nom, le « guérisseur divin ». Guénon semble vouloir dire que « le Christ solaire serait proprement le Christ glorieux, c’est à dire le dixième avatarâ, celui qui doit venir à la fin du cycle », tandis que le Christ douloureux de la première venue serait plutôt en rapport avec le principe représenté par Mercure (« Peut-être faut-il voir là l’origine de la méprise que commettent certains en considérant Buddha comme le neuvième avatâra de Vishnu [le Christ de la première venue] ; il s’agirait en réalité d’une manifestation en rapport avec le principe désigné comme le Budha planétaire [Mercure] ») ; et il est assez digne de remarque que Guénon, dans l’Ésotérisme de Dante, ait mis l’antithèse du « Christ douloureux » et du « Christ glorieux » en rapport avec un symbolisme chronologique : « Mort et descente aux Enfers d’un côté, résurrection et ascension aux Cieux de l’autre, ce sont comme deux phases inverses et complémentaires, dont la première est la préparation nécessaire de la seconde ».


Dans le même ordre d’idée, le Judaïsme reconnaît expressément deux Messies : le Messie fils de Joseph et le Messie fils de David ; et voici en quels termes le Zohar (212a) évoque le Messie fils de Joseph : « Dans le paradis, il y a un Palais qui porte le nom de « Palais des malades ». Le Messie entre dans ce palais et appelle toutes les maladies, toutes les douleurs, toutes les souffrances et toutes les peines et les invite à s’abattre sur lui ; et toutes s’abattent en effet sur lui. S’il ne s’était chargé de subir lui-même les châtiments mérités par Israël, nul homme n’aurait pu supporter les peines encourues par suite des péchés commis ; et c’est pourquoi l’Écriture ajoute : « Il s’est chargé lui-même de nos douleurs ».
 Tant qu’Israël habitait la Terre Sainte et y offrait des sacrifices, il était préservé de toutes les maladies et de toutes les peines par le mérite des sacrifices offerts. Maintenant c’est le Messie qui porte les douleurs et les peines de tout le monde. »


Maintenant, le « Christ douloureux » et le « Christ glorieux » ne sont évidemment pas deux êtres « séparés », mais deux aspects ou fonctions d’un principe unique ; et ce qui est encore très digne de remarque, c’est que Guénon, justement, a fréquemment décrit le Christ comme un principe unique comportant une double nature : humaine et divine bien sûr, royale et sacerdotale, mais aussi, et c’est surtout là ce qui nous importe ici, une double nature correspondant dans l’ordre « temporel » aux deux moitiés respectivement descendante et ascendante de l’année.


D’après tout ce qui précède, on peut conclure que le monde est encore dans sa phase descendante, régie par le « Christ douloureux », et que c’est seulement quand la descente sera achevée que le « Christ glorieux » et le Christianisme proprement solaire pourront se manifester au dehors, ainsi que nous l’ont apprises les paroles du Christ à Marie-Madeleine. C’est probablement là une des raisons pour laquelle le Christianisme, comme l’a fait remarquer Guénon, n’a pas de « langue sacrée » qui lui soit propre : celle-ci en effet ne serait-elle pas destinée à être la « loghah sûryâniyah », la langue de l’« illumination solaire », que le Christ apprendra peut-être aux hommes lors de sa « seconde venue » ? De même, le véritable Israël ne serait-il pas la « Terre du Soleil » qui accompagnera peut-être le Christ dans sa « descente » du ciel ? Et s’il n’y a pas de législation dans l’Évangile, une des raisons n’en serait-elle pas que les hommes seront alors régis directement par la lumière de l’Intellect, et non plus indirectement par les prescriptions de la Loi ?


Maintenant, il ne faudrait pas conclure de tout ce qui précède que le Christ soit soumis à l’ordre cosmique et aux lois cycliques, car c’est en réalité l’inverse qui est vrai, comme Guénon l’indique dans une note de Réalisation ascendante et descendante : «la vie de certains êtres, considérée selon les apparences individuelles, présente des faits qui sont en correspondance avec ceux de l’ordre cosmique et sont en quelque sorte, au point de vue extérieur, une image ou une reproduction de ceux-ci ; mais, au point de vue intérieur, ce rapport doit être inversé, car, ces êtres, étant réellement le Mahâ-Purusha [l’Homme Universel], ce sont les faits cosmiques qui véritablement sont modelés sur leur vie ou, pour parler plus exactement, sur ce dont cette vie est une expression directe, tandis que les faits cosmiques en eux-mêmes n’en sont qu’une expression par reflet. Nous ajouterons que c’est là aussi ce qui fonde dans la réalité et rend valables les rites institués par des êtres « missionnés », tandis qu’un être qui n’est rien de plus qu’un individu humain ne pourra jamais, de sa propre initiative, qu’inventer des « pseudo-rites » dépourvus de toute efficacité réelle. »


Et Guénon semble nous indiquer encore, dans Le Roi du Monde, ce qu’il adviendrait si certains prétendaient s’égaler au Christ et inverser la marche descendante du cycle avant que l’heure ne soit venue : au lieu de la face lumineuse de Metatron, l’archange solaire, apparaitrait sa face obscure, celle de Samaël, le « Soleil noir », le « génie ou le prince de ce monde », ayant comme le Christ pour emblème le lion, et un nombre solaire comme lui : 666. On obtiendrait donc un résultat exactement inverse de celui escompté, le « règne de l’Antéchrist » au lieu du « règne du Christ » ; et, en fait, c’est exactement ce qu’il est censé se produire avant le « retour glorieux ». Mais l’Antéchrist ne pourra rien contre le peuple que le Christ se sera préparé par sa première venue ; comme l’écrit Ibn ‘Arabî au chapitre quinze des Fusus-al-Hikam : « Il leur a rappelé Dieu avant qu’ils soient en Sa présence afin que, lorsqu’ils y seraient mis, le levain ait agi dans la pâte, la rendant semblable à lui ».

http://christianismeeteschatologie.blogspot.com/p/la-premiere-et-la-seconde-venues-du.html

25 commentaires:

Elfie Rêveuse a dit…

Merci Rorschach

Amour et Lumière

Raphaël Montaillard a dit…

T'assures, c'est franchement pas évidant ce que tu as fais.
Un GRAND merci, et vraiment, tu assures.
Les gens comme toi sont vraiment utile.
Même si c'est à nous de faire attention à ce que tu dis, j'avoue que je ne vais jamais chercher si c'est vrais ou faux(d'ailleurs, je devrais y faire attention), mais avec le temps passé à lire tes articles, j'ai pris confiance en tes postes.

Alors, merci, vraiment, merci.
Je te souhaite pleins de belles choses.
Prends soin de toi,
Raphaël

juanito perello a dit…

Je ñ,ai parlé ces deux livres de Guenon,mais je suis 100% d,accord avec lui. C,est semblable à l,hindouisme,car il voit les faits métaphysiques sans le sentimentalisme de la religion,et seulement avec l,intellect. Les modalités ascendants et descendants seraient ils en relation avec la cosmologie:7 Manvantara DS un sens et 7 ds le sens inverse. Et nous serions justement près de la fin d,un 7° descendant en toute logique. D,autre part le Messie glorieux correspondrait à l,âge d,or ou nous serions Unis au. Divin,et où il ñ,y à pas besoin de lois car la connaissance serait directe,instantanée par l intellect

Henry Edwards a dit…

Recommandation de FILM par ces belles nuits d'été:
Synopsis et détails: New York 2095.Une pyramide planant au-dessus de Manhattan ... La population de mutant, alien, humain, naturel ou synthétique ... La campagne électorale.Un tueur en série compulsif qui un corps sain et à tête de faucon dieu qui seulement sept jours pour garder son immortalité pour effectuer la recherche. Le pénitencier géostationnaire perdre révolutionnaire dissident congelé depuis trente ans et une jeune femme d'origine inconnue, avec des cheveux bleus et des larmes ... Trois noms: Horus, Nikopol, Jill ... Trois choses que le sort de l'humeur où tout pousse en même temps: la voix, le corps, sauf l'amour de souvenirs.Tout du salut.

FILM COMPLET VF: http://www.voirfilms.ws/immortel-ad-vitam.htm

Henry Edwards a dit…

Voici le livre que lisait l'héroïne du film " Immortel (ab vitam) " à la fin;

"Les Fleurs du mal" sont un recueil de poèmes de Charles Baudelaire, englobant la quasi-totalité de sa production en vers, de 1840 jusqu'à sa mort survenue fin août 1867.

Publié le 25 juin 1857, le livre scandalise aussitôt la société contemporaine, conformiste et soucieuse de respectabilité. Couvert d'opprobre, son auteur subit un procès retentissant. Le jugement le condamne à une forte amende, réduite sur intervention de l'Impératrice ; il entraîne la censure de six pièces jugées immorales. De 1861 à 1868, l'ouvrage est réédité dans trois versions successives, enrichies de nouveaux poèmes ; les pièces interdites paraissent en Belgique. La réhabilitation n'interviendra que près d'un siècle plus tard, en mai 1949.

C'est une œuvre majeure de la poésie moderne. Ses 163 pièces rompent avec le style convenu, en usage jusqu'alors. Elle rajeunit la structure du vers par l'usage régulier d'enjambements, de rejets et de contre-rejets. Elle rénove la forme rigide du sonnet. Elle utilise des images suggestives en procédant à des associations souvent inédites, tel l'« Ange cruel qui fouette des soleils » (Le Voyage). Elle mêle langage savant et parler quotidien.

Elle diffère d'un recueil classique, où souvent le seul hasard réunit des poèmes généralement disparates. Ceux-ci s'articulent avec méthode et selon un dessein précis, pour chanter avec une sincérité absolue :

la souffrance d'ici-bas, conçue comme une conséquence de la finitude humaine impliquant une nécessaire expiation, selon une conception toute chrétienne ;
le dégoût du mal - et souvent de soi-même ;
l'obsession de la mort ;
l'aspiration à un monde idéal, accessible par de mystérieuses correspondances.

Nourrie de sensations physiques que la mémoire restitue avec acuité, elle exprime une nouvelle esthétique où l'art poétique juxtapose la palette mouvante des sentiments humains et la vision lucide d'une réalité parfois triviale à la plus ineffable beauté. Elle exercera une influence considérable sur des poètes ultérieurs aussi éminents que Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé.

- SOURCE: https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal
- "Les Fleurs du mal" PDF: http://lesmaterialistes.com/fichiers/pdf/perspectives/baudelaire-fleurs-mal-petits-poemes.pdf
- ANALYSE: https://www.espacefrancais.com/charles-baudelaire-les-fleurs-du-mal/

Arthur a dit…

Excellent récit !

Kuzca a dit…

Tous les chemins sont valables, dans le sens que si les intentions qui habitent un homme sont bonnes, son chemin ne sera que le reflet, la matérialisation de ce qui est en lui, et donc, totalement en phase avec ce qui lui est nécessaire pour s'accomplir.
Ainsi, intellectualiser peut-être l'effet d'un besoin pour certain, une forme de mise en forme de la réalité afin de mieux la percevoir, la comprendre et aussi pour se donner l'impression, l'illusion, d'une certaine maîtrise.
On peut le comprendre facilement, la croyance en Dieu doit permettre l'émergence d'une relation de confiance, une relation où l'intellectualisation ne sera qu'un effet de bord lié à nos vieux schémas.
Car si le message du Christ est un message d'amour, cet amour ne demande rien, aucune intellectualisation, aucune compréhension même, il ne demande qu'à être vécu, qu'à nous remplir, nous permettant ainsi de nous laisser porter dans la confiance d'un nouveau né dans les bras de sa mère.
Christ "Douloureux" ou Christ "Glorieux", ... pourquoi pas, mais par réflexe, dès que je ressens comme un amalgame, comme un moyen pour l'auteur de créer des résonances qui sont sensées permettre aux lecteurs d'adosser leur compréhension sur des concepts ancrés en eux, ne serait-ce que par leurs réalités historiques, cela me mets mal à l'aise car il y a très probablement, désir de manipulation.
Intellectualiser ? Oui, pourquoi pas, mais gardons une bonne dose de discernement afin de voir où se trouve le risque de récupération.
L'amour EST le message principal du Christ, et dans l'amour, tout est simple et l'amour n'a rien d'intellectuel, il ne demande qu'à se vivre.

Ligeia A a dit…

@Kuzca : tu confonds, comme beaucoup, l'intellectualisation et l'Intellect Pur dont parle Guénon et qui n'a rien à voir.

Par contre, en prônant cet "amour" dont tu parles et dans le sens que tu lui donnes, ce n'est qu'un simple ressenti qui n'a rien de transcendant et de supérieur, laissé à la libre interprétation de chacun et cela se rapproche fort du "libre-examen" protestant : "c’est-à-dire l’interprétation laissée à l’arbitraire de chacun, même des ignorants et des incompétents, et fondée uniquement sur l’exercice de la raison humaine."

Où est l'immuable là dedans ? Un Dieu à aimer "à la carte" selon l'opinion individuelle que chacun s'en fait ?

Selon moi, Dieu n'a pas besoin de notre amour et il n'y a pas d'échange "amour contre Miséricorde" à faire entre Lui et nous. D'une part, Il ne nous doit rien, et de l'autre, amour implique connaissance parfaite de l'être aimé...

Et qui peut se vanter de connaitre Dieu ?

Ligeia A a dit…

@Ror : Il cite l’ésotérisme islamique, Guénon et Ibn Arabî.... c’est fort bien mais j’ai un doute quand il dit aussi : « Maintenant, peut-on être plus précis encore grâce à Guénon, et identifier une région, voire même une ville française qui soit destinée à servir de « réceptacle » au centre suprême ? » et qu’il propose dans la foulée comme nouveau centre suprême, le « Puy-en-Velay »...

J’ai été voir le site et d’autres articles ; je ne sais pas si cet auteur a fait une analyse théorique (et orientée), et dans ce cas, il a loupé (ou en tous cas, il la tait) une conséquence fondamentale. Ou s’il a vraiment compris ce qu’impliquent les révélations de ces deux maîtres sur la religion de la fin des temps et qu’il a « préféré » se taire...
Il y a des extraits dans les écrits de Ibn Arabî qui sont bien plus explicites sur le sujet.

Merci pour la diffusion en tous cas, c’est utile à savoir.... :-)

Ligeia A a dit…

@juanito : Oui nous sommes actuellement à la fin du 7ème Manvantara :
« Les Manvantaras, ou ères de Manus successifs, sont au nombre de quatorze, formant deux séries septénaires dont la première comprend les Manvantaras passés et celui où nous sommes présentement, et la seconde les Manvantaras futurs. » RG dans « Formes traditionnelles et cycles cosmiques »

Mais selon ma compréhension, il s’agit du dernier en correspondance avec les 7 Swargas (aspects supérieurs) et ensuite il s’agirait des 7 Pâtâlas (ensemble des aspects inférieurs)...
Il est normal d’avoir une descente à l’intérieur du cycle même (les 4 âges de notre Manvantara) par correspondance avec la descente plus « universelle » à l’intérieur de notre Kalpa (les 14 Manvantaras).

Et oui, c’est ce que je crois aussi ; la « communication » directe avec le spirituel, nous l’avions durant l’âge d’or de notre début de cycle et nous l’avons perdue par la suite comme il est dit exactement en Genèse 4-26 :
«... C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Eternel » ; ce qui sous entend qu’on ne le faisait pas avant car en lien/présence du Principe.
L’âge d’or du nouveau cycle restaurera cette proximité... :-)

GUILLAUME Johan a dit…

Merci Ror pour cette analyse.

lacrieuse a dit…

tu exprimes avec brio tout ce que je ressens ! merci !

Kuzca a dit…

Bonjour Ligeia A
Merci pour ton commentaire.
Plutôt que de partir sur un débat qui finirait très vite en hors sujet, je préfère me cantonner à deux remarques:
- la première concerne le fait que je confondrais l'intellectualisation et l'Intellect Pur dont parle Guénon et qui n'a rien à voir. Ben non, c'est bien du processus mental dont je parle, en aucun cas de la bouillie gnostico-newage de l'ami Guénon. Ce genre de concept est typique des ennemis de la vraie foi, parce qu'ils ont pour objet de nous présenter une pseudo réalité agréable, compréhensible, acceptable, plus au moins englobante, holistique (c'est à la mode), mais le véritable objectif de ces parts de marché de la consommation spirituelle est de nous faire oublier le principal, en tablant sur la vanité que l'on trouve inévitablement au fond de chaque être. Son intellect pur est une fumisterie, car sa description sous la forme d'une sorte de supra intellect, de la même manière qu'on pourrait dire que la vie est une, omet un point important sinon crucial : l'intentionnalité du créateur, ce qui fait de Lui un être non seulement disjoint de sa création, mais aussi exprimant un projet. Dire que Dieu "serait" et que sa création serait le fruit d'un hasard ou même de Sa passivité serait une forme de nihilisme totalement contraire à cette intentionnalité qui induit tout ce qui est et tout ce que nous sommes ; même le libre arbitre n'est qu'une conséquence de l'existence d'une intention première. Enfin bref, non, Dieu n'est pas la somme de tout ce qui est. Dieu est au-dessus de Sa création et l’homme fait partie de son projet.
- quant à cette remarque : "... Par contre, en prônant cet "amour" dont tu parles et dans le sens que tu lui donnes, ce n'est qu'un simple ressenti qui n'a rien de transcendant et de supérieur...", alors là, visiblement, nos sensibilités sont à des années lumières l'une de l'autre. Bien au contraire, il n'y a rien de plus transcendant que l'amour. Et c'est facile de comprendre pourquoi toute autre forme de transcendance n'est QUE vanité, car étant notre véritable essence, l'amour permet notre transcendance tout naturellement, sans avoir à croquer sans cesse le fruit de l'arbre de la connaissance. La transcendance est accessible à tous, instantanément. Il n’est pas nécessaire de lire, ou de passer 20 ans dans un ashram ou de lire tout Guénon.
C'est parce que l'amour (dans le sens Dieu Est amour), est NOTRE essence. Avant d'être ici-bas, nous n'étions que pur amour. Et cet élément fondateur de ce qu'est et devient notre âme au fil du temps, est toujours présent au fond du cœur de chaque homme, comme les fondations d’une maison, qu’on ne voit plus mais sans lesquelles la maison ne tiendrait pas debout. Il en est même le ppcd (le plus petit commun dénominateur), ce qui au fond, nous réunis tous, fait de nous et très concrètement des frères et sœurs enfants du même Père. De plus, dire que l'amour ne peut être qu'une impression, un sentiment de l'ordre du ressenti (et pourquoi pas simplement et seulement l'effet d'un cocktail hormonal tant qu'on y est), c'est dégrader l'amour au point de le décrire comme un simple phénomène physiologique. Et bien non, la physiologie ne demande pas qu'on puisse donner sa vie pour sauver celui qu'on aime, on en est très loin il me semble.
Pour finir, oui, l’amour est non seulement transcendant (bon d’accord, il faut l’expérimenter peut être pour s’en apercevoir …  ), mais aussi supérieur en tout car gratuit, accessible à tous, efficace, sans aucune limite dans sa puissance, et comme j’aime à le dire : « l’amour est forcément divin, car plus on en donne aux autres, plus on en est rempli … » ; il n’y a pas grand-chose qui fonctionne comme cela dans notre réalité …
Cdt.

Ligeia A a dit…

@Kuzca :

"processus mental", le Pur Intellect ???
Tu dis franchement n'importe quoi et chose plus grave, tu pervertis l'enseignement de Guénon.

Le Pur Intellect relève du symbolisme du Cœur (et qui n'a rien à voir avec un quelconque sentimentalisme).
Mais vu comment tu envisages l'oeuvre de ce maître, tu démontres juste ton incapacité à la pénétrer. C'est à se demander si tu as même pris la peine de lire VRAIMENT ne serait-ce que l'un de ses livres.

En plus tu te permets d'extrapoler sur des choses que je n'ai absolument pas dites.

Libre à toi d'être réfractaire à ce qu'il dit, mais cela ne te donne pas le droit de travestir ses propos. Ça devient vraiment une mode en ce moment de lui faire dire tout et n'importe quoi !

Sache que celui qui appellera à l'amour universel arrive bientôt, avec tous ses pseudo miracles à la clé ; tu pourras t'en réjouir.... au moins un temps.

Perso, je préfère le fuir, maudit soit-il !

Vincit Omnia Veritas.

SARAH a dit…

Qui peut se Vanter de Connaître Dieu?
Tous Ceux qui ont Vu de leurs yeux les Portes s ouvrir et se fermer
à double clefs
Et en parallèle
traversé des siècles comme les Ténèbres
Trouvé le Passage Secret...
puis l Issue
en Soi
Le Salut
Vécu mille et une fois
La Puissance de Dieu en maints événements
Et surtout sans doute ni intellect
Oeuvré comme des instruments
Dans et autour de la Cité
Saisi l Intérêt de leurs Vertus
Jusqu à ressentir dans leur chair
Un Souffle Nouveau les Soulever et Protéger quelque soit le Moment ou le lieu
Saisi tout le sens de la douleur et du sacrifice au sein de l apostasie
Et si Ils se Proclament
Justes et Témoins de l Esprit Saint
Grâce à leur Metamorphose défient l Apostasie et Aident toute âme sur leur Chemin...
Alors si Certains Connaissent Dieu et sa toute Puissance
Que cela plaise ou pas
Aux Autres
Dits Instruits
Maintenant,ces derniers se démasquent bien Ignorants
se prennent comme aux Temps du Christ
pour des docteurs et savants
En privé ou public
S annoncent d avance dans le camp adverse les Hypocrites...
Alors on se demande comment la nature humaine va accepter la Réalité
les semaines prochaines et sous un autre angle entendre comme le veut l Usage
Le Message
Car en privé ou public
L arrogance se propage en Nuisance ..par manque de Connaissance ou mieux d Expériences..
Alors qu elle se méfie d elle mm
Car si hier semblait belle reste dans le fond rebelle aux simples critères spirituels...avec sa raison bien intellectuelle
Et son âme s avoue dans le fond vilaine...
Alors qui peut se vanter connaître Dieu?
L Esprit qui apparait parmi les Morts
Lit et Voit ce que cache derrière une intention : l Ambition...et plus encore ressent le Mensonge...au nom d une Éducation ravive la loi du talion ...au lieu d être dans la Compassion.. donc l Ascension...
@men...

Elfie Rêveuse a dit…

@Sarah

Amen

PS :)
ça tombe bien que tu postes ici, je ne te retrouve pas dans mes contacts,et ça me manque de ne plus te lire... pourrait-tu m'écrire stp? Merci ;)

Amour Et Lumière

Kuzca a dit…

@Ligeia A
Salut ...
Décidément, il semble qu'on ne parle pas de la même chose.
Tu dis "... 'processus mental', le Pur Intellect ???
Tu dis franchement n'importe quoi et chose plus grave, tu pervertis l'enseignement de Guénon...."
Et j'ai beau répéter que, pour moi, il n'y a aucun rapport entre les deux et que c'est bien du premier que je parle, tu ne sembles pas, ni le percevoir, encore moins le comprendre ... mais bon.
En ce qui concerne Guénon, il n'est point besoin de pervertir sa production, elle se suffit à elle même. Et j'ai le droit de le penser, comme toi, tu as le droit de considérer Guénon comme ton maître (c'est toi qui l'appelle "maître") et par la même occasion, tu amènes de l'eau à mon moulin, celui de mon premier post sur ce fil.
De plus, tu sembles abonder dans le sens d'une forme de condamnation du sentimentalisme. Je rappelle que le sentimentalisme, c'est "une approche philosophique selon laquelle nos états affectifs jouent un rôle décisif dans notre capacité à formuler et comprendre les jugements de valeur, en particulier les jugements moraux et esthétiques", donc visiblement, tu en serais protégée ? Dans tes propres réponses, ne ressens tu pas l'influence de tes états affectifs ? Ou alors serais-tu Froide comme la glace ? Ou alors question : le Christ vivait-il une forme de sentimentalisme ? Ses états affectifs (en avait-il ?) ont-il pu influencer ses choix ?

Et pour finir : "...Ça devient vraiment une mode en ce moment de lui faire dire tout et n'importe quoi !...". Normal, l'éveil des adamiques est une réalité et ceux là sont de moins en moins dupes ... désolé pour les fans.

Quant à : "Sache que celui qui appellera à l'amour universel arrive bientôt, avec tous ses pseudo miracles à la clé ; tu pourras t'en réjouir.... au moins un temps...." Ligeia A, ... que dire ? Je te laisse te relire et trouver ce qui y est dissonant (bon, j'ai quand même bien reconnu le ton sarcastique, mais il y a un peu plus).

Lion Blanc a dit…

Sauf que la différence entre intellect et intelligence a été posée par RGuénon, mais aussi par d'autres : JY Leloup ; Dabrowski ; St Augustin ; Dostoïevski ; V.Hugo ; Rainer Maria Rilke, Gödel....il y en a tant ; ainsi que les diverses théories psychologiques qui montrent bien qu'elles se coincent dès qu'elles veulent dépasser le méta-cognitif (auto-évaluation de ses performances).

Les processus de pensée convoités (avec avidité, même) par l'humain peuvent se réunir sous un autre terme : cognitif et peut être méta-cognitif.

Si cette machinerie électro chimique fonctionne bien on aura de super résultats aux tests, on sera content comme tout et envisagera une carrière de maître du monde.

Sauf, que le moyen par lequel, on sait que si le matin, le moral dans les chaussettes, on reste agréable avec les autres, ils auront plus de chance de l'être à leur tour, ils enverront de l'énergie qui permettra de remonter la pente et d'envoyer à son tour de l'énergie et de passer finalement un super journée, peut être même inoubliable pour tous.

Ce qui permet à un conducteur entrain de faire une crise cardiaque, de savoir que, rester calme, se range sur le côté au lieu d'attendre de ne plus pouvoir maîtriser son véhicule (ou de se dire qu'il s'en fiche des autres, puisqu'en train de mourir), permet à la fois d'éviter un effroyable carambolage, dans lequel il y aurait de nombreux blessés et peut être morts et dans lequel aussi, le conducteur aurait bien moins de chances de s'en sortir (se ranger et appeler les secours optimise les chances de s'en sortir plutôt que d'attendre bêtement que la crise triomphe, tout en épargnant d'autres vies).

Que de "pardonner" permet un futur plus agréable que cheminer le coeur rongé par la vengeance et la rancoeur. Effectivement, ça ne consiste pas juste à effacer une ardoise.

Toutes ces situations ne concernent plus les mêmes processus.

.../...

Lion Blanc a dit…

.../...

On peut exploser le WAIS (de I à IV) et ne jamais dépasser le niveau 1 ou 2 de Dabrowski, parce qu'incapable de voir autre chose que le bien être et la réussite sociale comme motivations, donc, effort assorti obligatoirement d'une récompense (le susucre).


On peut exploser le WAIS et ne pas voir que ce qui est dans l'intérêt des autres est bien souvent aussi dans son propre intérêt. Là voila la fameuse intelligence du coeur.

Les intérêts qui s'opposent, se résument à la fameuse couverture que tout le monde veut, donc, des considérations matérialistes et l'attende systématique de récompense qui aboutissent à la meilleure façon de mal évaluer une situation (les fameux « biais » ou « grains de sable » qui pervertissent une évaluation. Sans compter la perte du fameux libre arbitre : prêt à faire n'importe quoi pour un susucre, et aucune motivation (volonté éteinte), sans le susucre).

La réalité qui apparaît de plus en plus, mais en filigrane, est contraire à nos conceptions inculquées :
Le cognitif (et même méta-cognitif) est en réalité plus "matériel" que l'intelligence pure : ou nommée à dessein "intelligence du coeur", le but étant de la déprécier, en l'associant avec "sentimentalité", puisque dans nos conceptions (inculquées), "coeur" est forcément opposé à intelligence, car ne fonctionne que sur du matériel et ne peut (prétendument) fonctionner sur de l'abstrait.

Or, c'est aussi cette intelligence là, qui permet de voir ce qui ne peut se voir autrement, ni même s'imaginer (donc nécessite une capacité d'abstraction qui dépasse la méta-cognition, qui, elle, ne peut fonctionner sans « données ») et mobiliser la force la plus puissante de toutes (permet de désamorcer des situations désespérées qui ne pouvaient que mal finir).

Le fameux « continuer même lorsqu'il n'y a plus d'espoir » s'adresse bel et bien à une intelligence qui peut fonctionner sans plus aucune données (être capable de cheminer en enfer, donc, dans les ténèbres, sans s'altérer. Puisque sur les portes de l'enfer sont inscrites ces paroles : "vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir").

Lion Blanc a dit…

Et j'ajouterai que l'enfer n'est pas toujours moche et glauque et peut revêtir bien des aspects.

Imaginez une situation où vous avez tout, sans devoir vous le procurer, allongé toute la journée (plus aucun effort), vous êtes au chaud, gavé, pomponné à souhait que du brillant autour de vous....ça fait rêver ? pensez y mieux.






Ligeia A a dit…

@Kuzca :

Tu sais, je ne réponds qu'à ceux pour qui j'ai un tant soit peu de respect (les autres je les ignore et je l'assume) ; nous ne sommes pas d'accord, cela n'empêche pas...

Je n'ai pas à te juger et encore moi la voie que tu as choisie ; ce que je pointe c'est ta compréhension de l'oeuvre de Guénon ; je ne dis pas que j'ai tout compris bien évidemment, mais j'ai au moins compris une partie de ce qu'il dénonce (notamment le new-âge) alors quand tu lui reproches ce qu'il exécrait justement, ça me fait bondir...

Bref, il est difficile de se comprendre car nous n'employons pas les mêmes mots pour les mêmes choses (et cela, sans aucun jugement de valeur : juste deux langages différents).

Je pense que tu seras d'accord avec ma conclusion néanmoins : Faisons ce que nous pensons être juste, au final c'est Dieu qui jugera...

nimok rovomoff a dit…

@Kuzca: j'ai lu vos commentaires et je veux vous dire que je vous reçois 5 sur 5! Vous avez raison sur tout la ligne, et ma conviction va dans le sens de vos mots, de vos convictions.

J'ai une question:êtes-vous lecteur du Message du Graal, DANS LA LUMIERE DE LA VERITE de Abd-ru-Shin?

Merci de me répondre et j'aimerais bien correspondre avec vous: nimok@bluewin.ch

Raphaël Montaillard a dit…

Paix Amour Sagesse.
Ça me paraît simple.
Vivre en travaillant tranquillement et chercher à découvrir le plus de choses dans l'amour de Dieu.

Lorsqu'on sera tous amener à être dans l'amour et le respect alors nous pourrons commencer à évoluer sur le plan céleste et découvrir ensemble les oeuvres extraordinaire que la vie recèle.

Selon-moi nous sommes encore au début de l'avancement humain. Pas exemple, on se chamaille encore pour des broutilles. Bien qu'il y a des escrocs qui bénissent le mal, bon eux... Ils sont loin derrière l'évolution. Au contraire, ils régressent...

Du coup, nous devons partager ces connaissances et patienter.

La naissance de l'humain sera extraordinaire, j'en suis persuader.
On imagine pas les forces intellectuelles que nous pourrions avoir si nous étions tous rassembler dans l'amour de Dieu et je ne parle de ça que d'un point de vue terrestre. Je vous laisse imaginer la suite...

C'est pour cela que nous avons besoin d'êtres unis entre humains de foi et de respect.
Pour avancer et déjà commencer à créer des lieux d'évolutions spirituel d'un amour lié à Dieu.

Ce sera des endroits actifs de libération d'énergie pur et ça amènera forcément les amoureux de Dieu et aussi les Loups du méchant.
Alors protection, nous devons être beaucoup. Être une ville entière dans l'amour...de la vie(Dieu)
Cela ne veut pas dire ne pas se défendre mais faire attention à tous les uns les autres dans le partage sans attendre en retour.

Et puis par la suite, des lieux d'écriture du partage de nos esprits étudier dans la recherche d'amour de Dieu.
Écrire nos ressentis, ce que nous recevons dans ces moments. Changer l'amour de Dieu pour certains, dire merci à tout ce qui nous entoure et rendre heureux chèques êtres.
Ne pas manger les animaux et ne pas les faire souffrir. (Si un animal à l'air dangereux: nous devons tout faire pour essayer de le capturer et de le mettre dans un endroit où il ne pourra pas nous faire du mal)

Si vous êtes dans cet état de conscience, contactez-moi par mail à cette adresse: raph.dize@outlook.fr

En ce moment je suis en Île-de-France.

Prenez bien soin de vous.

nimok rovomoff a dit…

raphael: je suis bien d'accord avec ce que vous écrivez, mais je crois qu'on a tout à fait le droit de se défendre si on est attaqué!

Aimez vos ennemis, veut aussi dire: châtiez les, si c'est nécessaire pour les remettre dans le droit chemin, afin de leur éviter de pécher à nouveau. Parce que ne pas le faire, et les laisser continuer à pécher est aussi un péché.

Donc, pas d'attaque, pas d'agressivité, mais se défendre oui. D'ailleurs, DIEU ne nous a-t-il pas montré que l'on doit se défendre en donnant à notre corps physique un système immunitaire?

SARAH a dit…

En ces Temps...il est Préférable de Répondre à ses Adversaires pour être à la Lumière... plutôt que de se fondre dans la masse de peur de perdre la Face...
En ces Temps... il est Inévitable pour chaque âme de voir le piège que tend le Diable
En Soi
Faire son Djihad est plus Prudent et indeniablement Plus Pertinent pour se rendre Intelligent
que d utiliser des Arguments d un autre pour se Complaire ou Plaire...
Car maintenant
L Orgeuil fait son tour de passe passe et avec beaucoup d audace veut garder la premiere Place et donne des leçons de Moral en échange
A tout ce qui le dérange...
Devant Dieu
Soyez Pieux au lieu d être Religieux
Soyez Sains afin d être moins Hautains
Et vous LE Verrez mieux sur votre Chemin
Vous glisser un Message
Entre deux Passages et sur un mm Lieu ou Page...
Lâchez Prise à Vos Bouquins
Car Vous n avez pas le même Destin...que ces talentueux écrivains qui sont restés miséreux connaissant avant la fin...de quoi vous serez témoins
C est bien tôt la Moisson des Grains
...veillez un tant soi peu
Au moins sur vos Prochains...
Et puisque vous êtes Privilégiés
Manifestez votre Bonté
Chaque matin...et le Soir
Observez votre miroir...
@men...

Enregistrer un commentaire

Pour commenter, il est nécessaire d'avoir un compte Google